You are currently browsing the tag archive for the ‘virus’ tag.

Tout bon blogue sur l’herpès qui se respecte doit bien contenir quelques stats.  En voici un peu qui nous proviennent des USA et dont je me suis permis une petite traduction libre…  Je sais, c’est un peu plat mais y’a des jours où faut être sérieux (soyez sans crainte, ça ne durera pas!!!).

Bonne lecture et si vous avez des questions, n’hésitez pas, on va tenter d’y répondre de notre mieux.

HSV1 et HSV2 (les faits)

À l’heure actuelle, plus d’un américains sur 4 est porteur de l’herpès génital, mais seulement 1 sur 10 en est conscient ou a des symptômes.

The American Sexual Health Association prévoit que 50% des américains seront porteurs de l’herpès génital d’ici 2025.

Plus de 67% des américains, quand à eux, sont porteurs de l’herpès buccal et encore une fois, très peu ont des symptômes.

Le côté caché : les cliniques de dépistage des its ne font pas systématiquement le test de l’herpès car il est trop répandu par contre, ceux qui sont symptomatiques portent tout le fardeau émotionnel de cette condition très commune. En effet, la perception négative entourant quelques types d’herpès est si répandue que les gens porteurs qui ont des symptômes souffrent de rejet, de crainte, de désespoir, de dépression et peuvent même songer au suicide.  Le fardeau psychologique que beaucoup expérimentent est souvent bien pire que les manifestations physiques du virus.

Statistiques quant au virus d’herpès des Types I et II :

  • Entre 50 à 80% des américains ont l’herpès type-1, généralement responsable de l’herpès oral (ou des feux sauvages). La plupart des personnes contractent l’herpès oral quand ils sont enfant, en recevant un baiser d’un ami ou d’un parent.
  • Le type-1 peut être « converti » de l’herpès oral à l’herpès génital.
  • 20-25% des gens ont l’herpès de type-2 (généralement associé à l’herpès génital). De ce lot, 90% l’ignorent car ils n’ont pas de symptôme. Quelques sources indiquent même que 1 personne de plus de 30 ans sur 3 est porteuse de l’herpès type-2. Il est évalué que 50% des Américains porteront l’herpès génital d’ici 2025.
  • Les femmes sont cinq fois plus susceptibles d’attraper le virus que les hommes.
  • HSV peut-être transmis par le contact de peau-à-peau direct. Cela arrive quand un secteur contagieux entre en contact avec une minuscule déchirure de la peau ou de la membrane muqueuse, principalement sur la bouche et les organes génitaux, permettant au virus de pénétrer à l’intérieur du corps.
  • L’herpès peut être activement transmis par des gens qui n’ont pas de symptôme par un processus connu comme excrétion virale asymptomatique.
  • HSV peut aussi être transféré à la main sur d’autre partie du corps si vous transportez le virus actif sur une partie de peau qui aurait une micro lésion.
  • L’utilisation de préservatif réduit le taux de transmission de seulement 50%. Effectivement, si l’emplacement du virus n’est pas couvert par un condom (comme par exemple, les testicules), alors l’herpès peut être transmis même si les préservatifs sont utilisés.
  • LE TEST D’HERPÈS N’EST *PAS* INCLUS DANS UN DÉPISTAGE COMPLET DE D’INFECTION TRANSMISES SEXUELLEMENT, À MOINS QU’IL SOIT SPÉCIFIQUEMENT DEMANDÉ. Ainsi, beaucoup de personnes croient qu’elles sont libres de ITS alors qu’elles sont porteuses de l’herpès et qu’elles peuvent le transmettre.
  • Conséquemment à ce qui est mentionné ci-dessus, « des transporteurs asymptomatiques » peuvent inconsciemment transmettre le virus. 70% des nouveaux cas d’herpès recensés chaque année sont d’ailleurs contracté ainsi.
  • Il n’y a actuellement aucun remède pour le virus d’herpès. Les traitements supprésifs aident à réduire la sévérité/longueur des éruptions. Ces traitements sont aussi utiles dans la réduction du potentiel de transmission mais ils ne l’empêchent pas complètement.
  • L’infection au HSV peut réduire le système d’immunitaire. Les gens porteurs sont 2 à 4 fois plus susceptibles d’attraper le HIV.
  • La varicelle, le zona et la mononucléose sont aussi différentes manifestations du virus de l’herpès.

Voilà déjà plusieurs mois que M. Presqueparfait et moi nous côtoyons et si j’écris un peu moins régulièrement c’est que je consacre à ma nouvelle relation presque tous mes temps libres!!!….. Mais bon! Ce n’est pas parce que j’ai la tête ailleurs que je ne pense pas à vous.  Disons que je fais le plein de quelques anecdotes qui ne demandent qu’à être pondues.

Nous nous fréquentions depuis quelques semaines.  Évidemment, j’avais déjà introduit mon compagnon en guise de préambule et comme M. Presqueparfait n’était pas revenu à la charge sur le sujet et que je ne fais pas exprès de me gratter le bobo, nous ne nous en étions pas reparlé jusqu’à ce que je sois sonnée de cette révélation:

– Je suis allé consulter un médecin à la Clinique Actuelle cette semaine… Qu’il me dit.

– Tu es ??? Heuuuu???… Réflexe de protection, garde montée, prête à recevoir un jab suivi d’un uppercut, je poursuivis :

– Tu avais des questions???  Des inquiétudes??? Tu ne voulais pas que je t’accompagne???  Ou qu’on en parle d’avantage??? Et en rajoutant d’un berbère quasi impeccable : – Perkeiiii bah mouii heu…..craouic….. et… Et puis…?

Et puis ?  Bien, il m’expliqua qu’il n’avait pas appris grand chose de plus que ce que je lui avais dit et me résuma sa rencontre en trois petits rounds.

________

Round 1 –

Doc : – Et que feriez-vous si une fille vous disait qu’elle a déjà eu un feu sauvage dans son enfance mais qu’elle n’en fait plus depuis l’âge de 10 ans???

Presqueparfait : – Je n’en ferais pas de cas.

Bobette : – Je te l’avais dit!!! Tu ne cours pas plus de risque avec moi qu’avec une autre… Peut-être moins même! J’en connais un bail sur l’herpès, moi ! Argument bidon que vous me direz mais avouez que j’avais quand même beaucoup à perdre!

Coloc 0 / Amour 1

________

Round 2 –

Méchant Doc : – À long terme il y a fort à parier que vous allez l’attraper…

Pqpf :  Ah ?

Objection de Bobette : – En vingt ans je ne l’ai jamais transmis.  Je connais très bien mes symptômes!……. Mais……**Grrrr**…. Effectivement:  l’herpès étant l’herpès, je ne peux te donner aucune garantie… S-A-U-F-Q-U-E je peux te jurer de tout faire pour mettre à quasi zéro les chances de transmission en prenant un traitement préventif.  Et si on utilise des condoms durant les premiers mois de notre relation, le temps d’apprendre à se connaître et de réévaluer la situation, y’a presque pas de risque! Faut me faire confiance… Je ne l’ai jamais transmis!  (***maudit herpès***)

Coloc 1 / Amour 1

________

Round 3 –

Le bon Doc : – Vous savez, l’herpès ce n’est vraiment pas une raison pour éviter de fréquenter quelqu’un. C’est très courant et si vous ne l’attrapez pas avec elle, vous pourriez très bien l’attraper avec une autre…

Pqpf : – Ah ?

Bobette : – Ah ?

Et Presqueparfait fit résonner à mes oreilles ce doux accord de lettres : – Je t’aime bobette !

Coloc K.O.

🙂

Voici une pub réalisée par TBWA Paris pour le compte de AIDES  (association française de lutte contre le sida).

La pub n’a pas été approuvé par le client et n’a donc pas été diffusée par les grands médias mais les filles de MPB vous l’approuvent avec plaisir!

Bon visionnement et merci à Tourmaline de nous l’avoir fait parvenir.

Alors, si vous aviez été le client vous l’auriez approuvé cette pub?

Elle nous a offert un témoignage très touchant.  Une porte ouverte sur la poésie de son âme.  Généreuse.  Sans pudeur mais sans impudence.  Une mélodie triste-heureuse qui a raisonné à nos oreilles comme un air connu, une ode à ce coloc que nous pourrions tous et chacun, disciple de l’infâme, évoquer.

J’ai emprunté certains de ses mots, ceux qui racontaient sa rencontre avec le coloc.  Pas pour parler de lui mais pour la raconter, elle.  Son histoire.  Celle d’une renaissance après une parenthèse obscure dans sa vie.

A toi cher coloc, a-t-elle écrit, à toi qui a élu domicile sans cogner, sans demander, toi qui a fait une entrée si pernicieuse.   Elle l’a maudit, elle l’a détesté cet intrus.  Il a bien tenté de prendre possession de son âme et de son coeur, il l’aura bien entraînée sur les montagnes russes de l’enfer pour qu’elle se noie dans des marées de sanglots et de douleur.  Mais ce squatter de la culotte, malgré ses airs de parasite indésirable, aura su malgré tout, la faire triompher de l’adversité

Comme le mendiant qui cachait un roi, comme un fou s’avérant d’une grande sagesse, au fil de ses mots et de ses maux, on devine que de voleur d’estime comme elle l’avait d’abord perçu, elle aura su le transformer en allié, en maître.  Celui qui m’a présentée au moment présent, qui m’a confrontée à mes peurs, confie-t-elle.

Et entre les lignes de sa poésie, on comprend qu’au coeur de cette nuit noire s’est mise à briller une étoile.    Tu es entré dans ma vie pour que j’apprenne à m’aimer, déclare-t-elle.

Aujourd’hui elle incarne la preuve que ce ne sont pas les épreuves qui comptent mais bien ce qu’on en fait.

C’est pourquoi cet ode à ton coloc Monic, est en fait à nos yeux, une ode à toi et aux choix que tu t’es offert.

En faisant quelques recherches sur la toile du web, j’ai découvert une publicité ayant visiblement les adolescents comme public cible!

En tout cas, ceux qu’ils l’ont vue et qui somnolaient ont certainement été réveillés net! 😉

Je suis consciente que je suis loin de faire partie du public ciblé mais je suis restée sans voix et on ne peut plus perplexe. J’oserais même dire que je trouve la pub pas mal cot-cot et que la comparaison me donne des goosebumps! Est-ce que nos ados masculins sont pris comme dindons de la farce?

Malheureusement, je ne peux éditer la publicité sur MPB, il faut aller la voir directement sur Youtube en cliquant ici… Allez-y elle ne dure que 43 secondes!

Le spot publicitaire a été réalisé pour le compte de www.jeunesensanté.ca, un organisme sans but lucratif chapeauté par L’Association Canadienne pour la santé des adolescents. Je suis allée visiter le site, c’est très bien… Les jeunes peuvent trouver beaucoup d’informations, participer à des concours, soumettre leurs créations, poser des questions directement sur un forum géré par des professionnels de la santé, etc…

Mais pour en revenir à cette pub, vous l’avez trouvée comment? Drôle, efficace, stupide?!?

On a hâte de lire vos réactions!

C’est en vous écrivant mon dernier billet que j’ai réalisé le ridicule de ma situation.  Je me suis donc bottée la culotte et je suis allée faire un petit tour du côté de la clinique médicale.  Toutes les bonnes revues étant prises dans l’antichambre, j’ai tué le temps à grands coups de scénarios.

 Scénario 1

Doc: Vraiment madame, je suis désolé…  Je sais bien que notre système de santé est loin d’être parfait mais il y a quand même des limites!  Je suis tellement désolé, vraiment!

Laissez-moi me faire pardonner, allongez-vous sur la table, relaxez…

Oups, je crois que je m’égare!

Scénario 2

Doc: Ben là ma p’tite madame (non mais j’hais-tu ça me faire appeler comme ça rien qu’un peu!) vous vous attendiez à quoi?  Pis ça doit pas être si pire que ça votre affaire-là parce que sinon, vous seriez revenue avant un an…

Vous me faites perdre mon temps.  Je crois que vous méritez une petite correction: baissez votre pantalon…

Bon yieu!  On dirait une scénariste de mauvais films pornos!

Mais rien n’est meilleur que la réalité!

Doc regardant mon dossier: Alors, la dernière fois on vous avait prescrit du Valtrex…

Moi,  sous le choc: Euhhhhh, non!  J’ai jamais eu mes résultats…

Doc: Ahhh…  Et bien, vous avez les deux types.

Moi, encore plus sous le choc: Les deux types! Sans blague?  Le 1 et le 2…

Doc: Oui mais vous savez, le type 1, 75 % de la population l’a alors…

Moi, radieuse: Mais petite question là:  Est-ce que c’est normal que personne ne m’ait téléphonée pour m’informer?  J’ai pourtant appelé plusieurs fois et on me disait que mes résultats n’étaient pas arrivés.

Toujours est-il que je suis sortie de la clinique en gambadant de bonheur.  Je ne sais pas trop pourquoi mais de 3 choses l’une:

1- J’ai enfin ma propre prescription à moi, juste à moi.  (Je crois que je vais la faire laminer.)

2- Je ressens un sentiment de normalité car je fais officiellement partie de la majorité de la population.

3- J’ai les deux types!  Je revisite l’adolescence ou on se battait pour savoir qui avait le plus gros point noir.  Mon chien est plus mort que le votre!  Ah le bonheur d’être victorieux dans le malheur, quel sentiment complexe.

En plus, ils ont sorti La soupe aux choux en dvd alors ma soirée est faite.

 

 

Moi, le test, je suis pour.  Enfin, c’est discutable car il y a les faux positifs et toutes les autres raisons, bonnes et moins bonnes, pour venir changer la donne.

Par contre, une chose est sûre, on ne devrait pas avoir à se battre si on veut le passer le satané test.  On ne devrait pas avoir à raconter à son médecin les détails de sa vie sexuelle quand tout ce qu’on veut, c’est avoir l’heure juste sur une condition qui nous concerne, nous!

Quand j’ai attrapé l’herpès, je travaillais hors-Canada et j’ai été diagnostiquée « à l’oeil » lors d’une crise.  Pas de problème sauf que quand je suis revenue à la maison, la prescription n’a pas suivi…

Comme j’ai peu de crises, j’ai vécu un certain temps sans petite pilule bleue et sans trop de problème.  Mais voilà qu’un jour, j’ai envie de connaître mon coloc plus intimement car il semblerait que son type (1 ou 2) a une certaine importance.  Et de toute façon, j’aimerais bien avoir mes tites pilules au-cas-zou.

Donc, je prends rendez-vous avec mon gynéco, qui me réfère à un microbiologiste-infectiologue.  Celui-ci essaie de me convaicre que je n’ai peut-être pas l’herpès et comme il échoue (non mais quand même), m’envoie à l’hopital pour une prise de sang.  Mais comme je fais rarement les choses de façon simple…

Ça fait un an et je n’ai toujours pas eu les résultats.  J’ai téléphoné quelques fois à la clinique ou j’ai eu bien du plaisir à demander à la jeune fille mes résultats pour l’HERPÈS.  Je sais bien qu’ils sont perdus, ne vous en faites pas, mais j’ai tu le goût moi de recommencer le tout!  J’ai des amies qui m’aident au besoin alors au yiable les prises de sang.

J’aurai pas le choix d’y aller un jour.  C’est sur ma liste de choses-à-faire-qu’on-fini-toujours-par-ne-pas-faire-et-à-réécrire-sur-la-nouvelle-liste.  Enfin, mon coloc reste un étranger et moi, je reste moi!

herpes-affiche

Chaque année, 12 millions d’américains contractent une its et aucun porte une étiquette de mise en garde!

Voilà une pub percutante! Si on compte qu’il y a un peu plus de 300 millions d’américains aux U.S., ça fait nous fait une méchante gang de petits amis dans le tas… Ça fait réfléchir non?

Le-coloc2

La vie avec votre Coloc  vous chamboule et soulève multitudes de questions et d’inquiétudes?

Il est malheureux de constater que compte tenu de son caractère dit  «honteux», notre parasite de la culotte freine bien souvent notre besoin naturel de chercher soutien et conseils auprès des autres.

Qu’à cela ne tienne!!  On n’a pas réponse à tout mais si vous avez des questions, des inquiétudes, des interrogations, nous serons heureuses de vous aider ici en partageant avec vous le fruit de nos recherches et de nos expériences ou en vous dirigeant vers des ressources qui sauront vous aider mieux que nous.

Nous ne sommes ni médecins, ni psychologues, ni sexologues, ni pharmaciennes, ni entremetteuses.  Nous ne revendiquons nullement le titre d’expertes en la matière et nos propos n’ont aucune valeur scientifique puisqu’ils sont uniquement le reflet de nos expériences personnelles.

Mais comme on est bien placées pour vous comprendre, on a décidé d’ouvrir une page pour vos questions (sous l’onglet question)!  Et si on ne peut vous guérir le corps, on tentera de vous faire sourire le cœur.  Parce qu’on l’a testé et éprouvé: une vie personnelle heureuse et remplie après l’herpès, c’est possible!

On vous tend l’oreille!

Dans le sympathique jargon herpétique, la crise n’est pas celle des nerfs mais la définition d’une poussée. Alors que certains chanceux n’ont jamais de crise, bien qu’ils restent porteurs, d’autres en ont périodiquement…

Ces derniers ont tendance à vouloir trouver coûte que coûte les causes de leurs crises.
Le chocolat? Trop de soleil? Pas assez? C’est tu quand je baise trop? Quand je prends un verre? Pis la poutine?…

Oufff… Imaginez les heures de recherche, étalées sur des semaines, des mois et des années pour trouver ce qui peut-être pourrait en être la cause… Un vrai stress! Et qui connaît le coloc sait comment il est chatouilleux au stress!

J’ai arrêté de chercher il y a belle lurette et décidé de vivre malgré les sautes d’humeur de ce capricieux camarade… S’il est allergique au chocolat, tant pis pour lui, je ne me priverai de rien!

Alors, parce que c’est bon la vie, la folie serait de ne pas en faire…

😉

Mon petit bobo…

Le blogue de trois filles bien sympathiques, Amétys, Bobette et Nitouchka, vivant chacune avec un petit coloc dans la culotte!

Première visite?

Tout d'abord bienvenue chez MPB! Afin de vous aider à nous connaître un peu et à en comprendre d’avantage sur notre situation, nous vous invitons à commencer la lecture de notre blogue par l'onglet «Billets choisis». Bonne visite!

Commentaires récents

clopinette dans Questions
violette dans Questions
estcepossible dans Questions
Noworries dans Questions
estcepossible dans Questions
estcepossible dans Questions
Noworries dans Questions
Fireball dans Questions
estcepossible dans Questions
Fireball dans Questions

Suivez-nous sur Twitter!

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Blog Stats

  • 346 259 hits