You are currently browsing the category archive for the ‘Nouvelle’ category.

$ 11 600 C’est le montant de la facture pour avoir omis d’aviser sa conjointe qu’il avait l’herpès.   Ainsi en a décidé monsieur le Juge.

On m’a fait le coup une fois sans que je l’attrape.  Mais la deuxième fois par contre, j’ai eu moins de chance et je tends à croire que Monsieur n’était pas si innocent face à sa situation!

Mais de là à le poursuivre, je ne sais pas.  Je suis drôlement mitigée.  D’une part, je suis d’avis qu’il est juste et honnête d’aviser notre partenaire de la situation.  C’est une question de respect.

Mais il y a réellement des gens qui considèrent l’herpès comme un mal banal.  Je connais une femme qui s’est effondrée de rire lorsqu’elle a su qu’il existait des groupes de soutien pour les gens souffrant d’herpès.  Pourquoi pas un groupe de soutien pour gens souffrant de rhume hivernal, a-t-elle ironisé.  Pour elle, l’herpès se compare à une grippe.  Elle fait une ou deux poussées par année et pour elle, ce n’est pas pire qu’un mal de tête.  Pourrait-on alors qualifier son geste de criminel ou d’irresponsable si elle n’en parle pas à ses partenaires?

Je ne pense pas ainsi mais je ne crois pas non plus qu’elle ait complètement tord.  Si on doit absolument aviser notre partenaire qu’on a l’herpès sous peine d’être poursuivi en justice, ne devrait-on pas alors aviser ces mêmes partenaires des risques encourus lorsqu’on souffre d’herpès labial?  Le risque est le même, ou à tout le moins, similaire.

Dans mon cas, je n’ai jamais de lésion (je touche du bois).  Après ma primo j’ai fait 2 récurences et après, je n’ai plus jamais rien eu.  Alors si je choisissais de ne pas aviser mes éventuels partenaires sous prétexte que l’herpès est d’une banalité déroutante dans mon cas et que par conséquent, l’herpès EST banal dans mon échelle de valeurs, pourrait-on me condamner pour ça?

La médecine ne nous aide pas non plus.  Lorsque nous allons passer des tests pour les ITS, jamais il n’est fait mention de l’herpès.  Aucun test, aucune mise en garde, aucune explication sur la possibilité d’en être infecté  ou non.  C’est le néant total.  Bien des médecins d’ailleurs ignorent bien des choses au sujet de l’herpès.  Tous les tests sont négatifs?  Allez et baisez en paix!  Peut-on après être condamné pour banaliser un virus que les médecins eux-mêmes, de façon générale, considèrent si peu.

Je suis contre la dissimulation, qu’on s’entende bien.  Je suis contre le fait que ce monsieur ait caché son état à sa conjointe et je suis convaincue que cette femme subit de réels dommages psychologiques à cause de cette expérience.

Mais va-t-on se mettre à poursuivre tous les hommes qui trompent leur femme sous prétexte que ces dernières subissent ,de par les agissements de leurs conjoints, des dommages permanents à leur estime d’elle-même et à la confiance qu’elles n’ont plus envers les hommes?

L’herpès n’est pas une maladie mortelle , c’est une maladie honteuse.  Uniquement.  Et la honte se transmet de bien d’autres façons que dans la culotte.  Devrait-on punir tous les transmetteurs de honte?  Nos tribunaux n’arriveraient plus à fournir. 

L’herpès ce n’est ni le sida, ni l’hépatite C, ni le H1N1.  On meurt de la grippe.  On meurt même de la varicelle.  Mais pas de l’herpès.  Pourquoi condamner Georges d’avoir transmis un petit bobo alors qu’à côté, Antoine a transmis la grippe à Rita qui en mourra et ce, en toute impunité.

Je suis contre la dissimulation.  Mais je suis aussi contre ces jugements qui ouvrent des portes sur l’abus.

Faut que j’vous dise, le nom de Bobette ne m’est pas venu juste comme ça!

Non, non… Ça fait des années que je suis affligée de ce surnom, un peu avant que je partage la bobette avec le coloc, ce qui devait être un signe prémonitoire! Pis j’avoue que j’ai pas mal honte de vous raconter le contexte de la chose mais après le témoignage de Nitoucka, je me suis dis bien pourquoi pas. Si elle peut être aussi honnête, je le peux aussi!

Mais on ne divulgue pas ce genre de truc sans préliminaires et à ma défense, il faut que je vous dise que j’avais pris une sacré brosse! Tellement grosse que ce jour là, je me suis juré que plus jamais je ne laisserais mon taux alcoolémie dépasser celui de mes globules rouges.

Alors j’y arrive. Tenez vous bien!

C’est si honteux que même mon clavier en rougit!

J’étais à Montréal dans un party évidemment trop bien arrosé. Tous mes partenaires de boisson étaient K.O. sauf un…

Dans l’appartement, on pouvait entendre les mouches voler et les corps morts ronfler. Le party était au neutre complet et il n’avait tellement plus rien à en tirer que j’eus l’idée d’aller prendre un verre en quelque part, question de continuer la beuverie!

L’idée sembla bien plaire à celui qui tenait encore debout et c’est tout en clopinant que nous nous sommes dirigés vers le débit d’alcool le plus près.

Mal m’en prit! C’est au tout premier verre que mon foie amoché décida qu’il en avait assez et qu’il retournait tout ce que j’avais pu imbiber au cours de la soirée. Avec le peu de lucidité qu’il me restait je me suis précipitée dans la toilette la plus proche, en prenant bien soin de retirer mes escarpins et ma mini jupe foudroyante, afin de ne pas entacher mon image…

Non mais……….Vous ne pouvez pas dire que je ne suis pas prévoyante!!!!

Toujours est-il que j’ai passé quelques longs moments à caller l’orignal la tête au fond de la cuvette, la jupette bien à l’abri des éclaboussures! Et ce n’est que lorsque Bill eut fini sa crise que j’ai pu me relever. Je me suis regardée dans le miroir, je bien pris soin de me débarbouiller, de retoucher mon rouge et de remettre mes escarpins……. Ouff, ce que j’étais beurrée!

Je sors… Un beau gentleman m’apostrophe aussitôt. Faut dire qu’à l’époque je pognais dare-dare!!!

En tout cas, le mec me dit : Heille!!! T’aurais pas oublié quelque chose?

Et moi de lui répondre dans un français amoché… Pffffttttt…..Baaaaa…..Nooooon, t’es tu malaaaade, stie?…

Non mais regarde toi! S’écria t-il en baissant son regard vers le plus intime de moi-même.

Ouch! J’avais oublié LA FROUDROYANTE… Sacrament!?!………….

……….. J’étais ressorti de la salle de bain en oubliant de me remettre la jupette, dévoilant à tous ma bobette de dentelle élimée…

Et le mal fût fait…

Le restant du party, qui n’avait pas manqué la scène, s’éclata d’un rire qui fit tourner toutes les têtes en ma direction…

Je vous jure que l’alcool qui restait en moi s’est évaporé à la chaleur grimpante de mon corps et que j’ai dégrisé net-fret-sec en me précipitant dans la pièce ou je retrouvai ma petite jupette près de la cuvette qui semblait, elle aussi, arborer un large sourire….

Et depuis ce jour –merci à mon pot de brosse — le nom de Bobette me colle au cul!

Vous savez tout, maintenant, de mes dessous intimes!

logo itsRencontre

Hou la la!!  C’est qu’on s’énerve ici!  Surtout Amétys et Nitouchka.  À un point tel d’ailleurs que Bobette en est presque jalouse.  On la soupçonne même d’avoir eu pendant quelques fractions de secondes, l’idée de larguer sa tendre moitié pour pouvoir bénéficier elle aussi d’une telle aubaine!  Mais comme il pourrait lui aussi succomber à l’excitation et que n’importe qui pourrait profiter de l’occasion pour le lui chiper, Bobette s’est vite ravisée!

Imaginez-vous donc qu’on a un copain, lui aussi vivant avec le coloc, qui a pris le taureau par les cornes et qui s’est lancé dans l’entremettage de ses pairs.  Oui! Oui!  Entremettage comme dans entremetteur.  Et lui, il entremet ses petits amis aux prises avec l’herpès.  Parce que vous le savez, on vous le dit et le redit à toutes les sauces, dans la conquête amoureuse, l’herpès s’avère souvent un obstacle encombrant.

C’est d’ailleurs ce qui l’a décidé à ouvrir un site de rencontre pour gens vivant avec le coloc.  Et tant qu’à faire, il s’est dit: Pourquoi ne pas entremettre la gamme complète des its?  Ça c’est bien gentil de sa part mais en ce qui nous concerne, on demeure concentrées sur nos pairs à la culotte squattée.

Alors vous imaginez-bien qu’Amétys et Nitouchka se sont empressées d’aller compléter le formulaire pour trouver leur bourreau des cœurs.  Et Ô surprise qui a suivi?  Bobette, la curieuse.

Et double Ô surprise, question de peupler ce site fraîchement né, les inscriptions sont gratuites!!  Oui! Oui!  Gratuites comme dans ça coûte rien.  Pour un temps du moins.  Si vous vous abonnez rapidement, vous bénéficierez de six mois gratuits!  Comme membre privilège plus, rien de moins!!

Et comme les filles de MPB on n’est quand même pas n’importe qui, on a usé de notre vile séduction de femmes et on lui a ronronné dans le cou pour vous avoir un mois de plus gratuit.  Donc si vous vous inscrivez en mentionnant que ce sont les filles de Mon Petit Bobo qui vous réfèrent, vous obtiendrez un mois de plus gratuit.  Oui! Oui!  Un mois de plus comme dans 7 mois au lieu de 6.  On est big shot ou on l’est pas!!!   Vous avez juste à envoyer un petit courriel à notre ami pour lui dire que vous êtes copain-copine avec les filles de MPB et c’est dans la poche! Voici l’adresse:  info@itsrencontres.com

On vous invite donc en grande pompe et en grands nombres à venir vous inscrire et surtout,  à venir nous visiter sur ITS Rencontres .  Plus on est de fous, plus on se matche!!

N’ayez crainte et cessez de pleurer!!  Non,  nous ne sommes pas mortes et ne sommes pas non plus entrain de nous gratter le bobo (ouach!!  chassez ces vilaines images qui vous viennent à l’instant!).

En fait, les filles de MPB ont profité des deux semaines d’été que nous avons eu cette année (court peut-être mais quel été non!?!) pour se reposer et s’amuser.  Remisés internet et les fesses écrasées devant l’ordi.  Nous avons profité du soleil et des vacances pour aller nous brasser le popotin côté jardin.

Car ce n’est pas tout de partager nos petites histoires.  Encore faut-il prendre le temps de gonfler notre carnet d’anecdotes croustillantes et pour ce faire, il nous fallait sortir et aller courir la galipotte le monde un peu.   

Alors à vos écrans avides lecteurs!  Nous serons bientôt de retour!

De un on aurait tout d’abord envie de vous demander si vous êtes observateur. Si oui, vous aurez remarqué qu’une page s’est ajoutée à nos onglets…

On a bien réfléchi et on s’est dit qu’un nouveau lecteur arrivant sur notre blogue serait tout débouté en cherchant de l’info intelligente sur l’hèrpes s’il tombait sur un billet traitant de poux, du SUSSSLS ou de bouteille alors on à crée l’onglet «Billets choisis», pour lui et pour les autres qui voudraient nous connaître un peu et en comprendre d’avantage sur notre situation!…

De deux, on a décidé d’enlever l’option qui permet de répondre à un commentaire… Ça devient tellement mêlant qu’on a de la misère à vous suivre, déjà qu’on est pas mal perdu d’avance!

Alors à l’avenir, quand vous voudrez faire une réponse à un commentaire, vous n’aurez qu’à mettre @Untel avant votre message…

Par contre, en désactivant l’option, le programme infâme la désactive pour tous les billets précédents, ce qui fait que les commentaires sont classés par heure de publication et que ça donne des forums légèrement fuckés! Non, non, rassurez-vous, on n’était pas sur quelques pilules anesthésiantes pour oublier la chose…

Bon! À vos marques! Prêts? Partez……

@@@@@@@@@@@@@@@…

Bon, j’allais, pour le grand plaisir de tous, vous raconter plus en détails mon aventure cubaine, mais je me ravise.  Il y a encore, de nos jours, certaines choses qui doivent rester secrètes.

Bon bon, si vous insistez mais il faudra vous contenter de peu.

C’est bien lui qui m’ait choisie et non l’inverse.  Je n’étais pas trop intéressée au début.  Principale raison des 4 jours de travaux forcés.  Il y a aussi l’herpès, ce cher ami, que je traîne comme une ceinture de chasteté et aussi, la conscience de me faire monter un bateau par un pro de la cruise.  Je me protège!  Mais de quoi?  Du plaisir d’une baise?!

Donc, poursuites, sérénades, regards langoureux, massage de pieds en cachette sur la plage, salsas lascives à la disco, discussions passionnées sur la situation et quelques baisers, bien sûr!

J’aurais pu partager mes draps plus tôt mais sans le savoir, ce prélude à l’amour allait devenir le meilleur souvenir de mes vacances.  Enfin, il arrive ex æquo avec les 3 derniers jours.  En ces temps modernes, on passe souvent trop vite au lit et on oublie les plaisirs de la séduction.  Ces plaisirs que l’on manque tant quand la relation s’installe dans le quotidien.

Pour ce qui est des 3 derniers jours, il ne faut pas oublier que Cubanito travaille jusqu’à 23h et reprend du service à 8h.  Je ne sais pas comment il fait, étant moi-même une vraie marmotte, mais il ne manque pas d’énergie.  Sauf que quand il dort, il dort.  Un vrai roc!  Enfin!

Bien sûr, je l’ai informé du coloc.  Pas facile mais pas si dur non plus une fois que le moment est venu.  Je n’aurais pas pu faire autrement, j’en suis incapable.  De plus, j’entendais déjà les commentaires de Bobette et de Nitouchka et je me voyais mal affronter leurs reproches à mon retour.  Donc, je l’ai dit et ça a bien passé!

Dans l’esprit de dédramatisation et de libération, j’en ai même parlé ouvertement à un (nouvel) ami qui nous accompagnait.  Célibataire de sa personne, le seul autre du groupe, on se faisait un devoir sociologique de partager l’information recueillie lors de nos activités nocturnes.

Alors, un bon midi, cuba libre à la main, je me suis dit que tant qu’à parler de nous et de nos relations manquées et manquantes, aussi bien y aller franchement.  Et lui de répondre, après quelques questions et éclaircissements sur le sujet: Ben tu sais, on à tous notre petit problème qui nous complique les relations.  Simple et tellement véridique.

Avec tout ça, j’ai faillit à ma tâche principale: distribuer des cartes d’affaires à l’aéroport.  À l’allée, j’étais trop gênée et au retour, trop brulée pour même y penser.

Je devrais peut-être y retourner!

On a eu beaucoup de témoignages et on se rend compte que Mon petit bobo semble faire du bien… Alors, on a eu un p’tit coup de génie ou de folie, appelez ça comme vous voudrez!

On a donc décidé de casser saigner nos trois petits cochons afin de se payer de belles cartes d’affaires…

Malheureusement Naf-Naf, qui était très réfractaire à l’idée, a souffert un peu plus que les autres. Que voulez-vous, avec sa grosse tête de cochon il ne voulait pas comprendre qu’on le sacrifiait pour une bonne cause!….

Ce fut long mais à trois filles bien déterminées……… On a eu le dessus! On a fini par l’avoir et à compter assez d’argent pour se payer nos cartes d’affaires. On vient de les recevoir, elles sont fraîchement imprimées et elles sont belles en s’il-vous-plait!

Carte-affaires

Et on a plusieurs idées pour s’en servir!

On a l’intention de se promener incognito et les laisser trainer, bien en vue, un partout! Surveillez vos caisses populaires et les bilboards près de chez vous… On se promet aussi une visite en règle des toilettes les plus inn de la Métropole ainsi qu’une grande tournée dans les bars de la ville. Abuser des bonnes choses de la vie sans se sentir coupable, sera désormais par pure grandeur d’âme et générosité!

On pense même faire un petit concours!

Alors soyez aux aguets, on cogite notre affaire et on vous revient avec les détails… Vous nous connaissez, les filles du MPB, on est de parole!

L’auteure tient à préciser qu’il est autorisé d’inverser le genre des protagonistes.  Oui messieurs, libre à vous d’utiliser à vos propres fins les techniques décrites ci-bas.

Vous devez d’abord soigneusement choisir l’endroit.  C’est essentiel de s’y sentir à l’aise.  Vous pourriez choisir la maison mais il est d’avis qu’un terrain neutre semble plus favorable à la démarche.  D’une part il oblige à une certaine contenance, d’autre part, il permet aux deux protagonistes de quitter la scène au moment de leur choix et en toute dignité, si besoin est. 

À cette étape vous devez nécessairement avoir une bonne idée de la personne à qui vous avez  affaire et savoir s’il est soucieux de son image.  Comme les réactions inattendues sont toujours possibles, dans cette éventualité, l’endroit public jouera en votre faveur.  Si toutefois vous craignez les débordements excessifs, il y aurait peut-être lieu de considérer que nonobstant le petit bobo, vous êtes en présence d’un échec à court ou moyen terme. Flushez tout de suite.

L’attitude joue pour beaucoup dans le succès de l’entreprise et c’est pourquoi il est conseillé de bien se préparer et d’avoir même expérimenté votre stratégie à haute voix, avant l’heure H.  Évaluez le ton de votre voix.  Soyez détendue, en contrôle et sûre de vous.  Un peu détachée  mais jamais nonchalante ou désinvolte puisque vous pourriez faire croire que vous êtes indifférente au risque, ce qui s’avèrerait sans doute un facteur défavorable à votre endroit.  Vous devez trouver le ton juste qui vous montrera concernée par sa sécurité sans toutefois devenir alarmiste. 

Au moment fatidique, alors que l’horrible mot doit franchir vos lèvres et que vous vous sentez prête à déménager illico à Tombouctou, il existe une façon simple et efficace de vous empêcher de faire volte-face.  Il s’agit tout simplement d’utiliser la phrase plongeon qui consiste à dire :  « j’ai quelque chose à te dire ». 

Je tiens ici à souligner que la maternité de cette phrase plongeon revient à Bobette que je remercie du fond du cœur pour son apport à la cause.  Après l’avoir prononcée, il devient difficile, voire quasi impossible  de faire volte-face, la curiosité naturelle de votre interlocuteur l’emportant sur votre désir de vous retrouver sous le 8ième sous-plancher.

Pour la suite, le choix de la formulation est essentiel.  Certains mots mal choisis pourraient laisser place à une interprétation négative.  En effet, si vous dites : « j’ai l’herpaizzzze »,  votre interlocuteur pourrait comprendre « j’ai l’air épaisssssse » – ce qui s’avèrerait assez dénigrant à votre endroit –  ou encore « l’air pèse » et vouloir, soucieux de votre bien-être, quitter l’endroit subito. 

Il est donc important d’éloigner le plus possible l’appartenance au petit bobo.

J’ai personnellement choisi de faire porter l’odieux de ma condition à l’autre.  En présentant la situation de la façon suivante :  « il y a quelques années, j’ai fréquenté un homme qui avait l’herpès et qui me l’a transmis »,  je deviens la pauvre victime innocente attaquée dans sa fragilité par l’odieux méchant.  On fait alors ici appel au besoin inné de l’homme de protéger et de sauver la faible créature pourtant si courageuse.

Répartir l’odieux entre tous les sujets concernés peut même s’avérer une stratégie gagnante lorsqu’utilisée avec discernement.  Je rajoute donc parfois  :  « cette situation n’a JAMAIS été un problème pour aucun de mes partenaires mais il pourrait s’avérer que c’en soit un pour toi alors je considère important de te le dire ».

Ici on démontre d’une part notre désir d’honnêteté et de transparence,  tout en sollicitant, d’autre part,  l’esprit compétitif naturel à  l’homme.  Il est à parier qu’il ne voudra pas être le premier et unique poltron qui repartira la queue entre les deux jambes, déconfit par sa lâcheté devant un tout petit virus inoffensif.

Vous avez donc lâché le morceau.  L’accablante nouvelle est désormais sur le fil de presse.  Tout se joue à cet instant.  Laissez maintenant venir à vous le chevalier servant.  S’il s’éloigne subtilement mais indubitablement, vous saurez dès lors que vous aviez affaire à un trouillard et sachez que, maintenant est mieux que plus tard.

Si toutefois votre prétendant, touché par ce mélange de force et de fragilité qui vous habite vous tend les bras pour que vous vous y réfugiez (félicitez-vous alors d’avoir choisi ce Pub pour ses divans moelleux favorisant l’intimité) et  vous glisse tendrement à l’oreille « que ça ne change absolument rien à ce que je ressens pour toi », vous saurez alors que vous avez gagné. 

Vous:  1                              Méchant herpaizzze, cet infâme putride:  0

À peine sorti de son cocon, MonPetitBobo fait déjà jaser!

C’est à lire sur Branchez-vous.com!

J’ai de l’herpès génital mais on s’en fout titre ce billet qui rapporte les résultats d’une étude où prenaient part des hommes et des femmes nouvellement infectés par le virus de l’herpès mais qui continuaient d’avoir de nouvelles relations sexuelles.

Bon je n’ai pas très bien compris les tenants de cette étude à savoir: avaient-ils des relations sexuelles avec de nouveaux partenaires qu’ils ne prenaient pas la peine d’informer de leur situation ou bien s’ils avaient de nouvelles relations sexuelles tout court, partenaires avisés ou non.

Parce que franchement, s’il faut adopter l’abstinence entière et totale comme on prend le voile, je vous avise tout de suite:  je n’ai pas la vocation!  Faut quand même pas charrier.  On ne cesse pas de se serrer la pince à cause d’une pauvre petite grippe porcine.. groin……..groiiin………. alors on arrêtera pas le plaisir sous prétexte d’une petite démangeaison temporaire!  On a qu’une vie à vivre s’entend!

Mais quand même, il faut savoir s’envelopper d’un minimum de conscience civique et laisser le choix aux partenaires concernés.

Le salopard qui m’a refilé ce truc  était tout en larme et en regret lorsque le diagnostique est tombé.  Je ne savais pas que j’avais ça, a-t-il dit rapport positif du médecin en main.  Si j’avais su………si j’avais su……….. pleurnichait-il.

Et je l’ai cru bien entendu.  Jusqu’au jour où, après que notre aventure intime fut terminée depuis belle lurette, j’ai ouï dire qu’il fréquentait une demoiselle.

– Et tu l’as avisée cette demoiselle de ta situation, lui demandai-je tout innocemment autour de l’apéro?

– De quoi?

– Ben que tu as l’herpès s’t’affaire!  Qu’est-ce que tu crois?!

–  J’ai pas ça moi!  C’est toi qui a ça!

– Ha ben câlisse………..!!!!

J’ai hésité entre le frapper, l’étriper, l’étêter, le castrer, le démembrer ou le sacrer là avec la bouteille d’Opus One et sa facture.

J’ai opté pour la dernière option, bien que ça m’ait fait beaucoup de peine pour l’Opus One.  J’aurais préféré le planter là avec la facture uniquement et pouvoir quitter les papilles gorgées du nectar divin, mais que voulez-vous, y’a qu’au cinoche qu’on choisit la fin!

Mon petit bobo…

Le blogue de trois filles bien sympathiques, Amétys, Bobette et Nitouchka, vivant chacune avec un petit coloc dans la culotte!

Première visite?

Tout d'abord bienvenue chez MPB! Afin de vous aider à nous connaître un peu et à en comprendre d’avantage sur notre situation, nous vous invitons à commencer la lecture de notre blogue par l'onglet «Billets choisis». Bonne visite!

Commentaires récents

radiotarifa1 dans Questions
Aurélie la Frenchy dans Questions
radiotarifa1 dans Questions
Aurélie la Frenchy dans Questions
radiotarifa1 dans Questions
Puce dans Questions
corail dans Questions
Daniella dans Questions
Puce dans Questions
Aurélie la Frenchy dans Questions

Suivez-nous sur Twitter!

Blog Stats

  • 343 305 hits