ametysAmétys

Aaaaaah!  Moi, j’étais en amour et au tout début, quand Roméo m’a annoncé la grande nouvelle, j’ai dit: l’herpès…Amène-z-en, j’suis capable d’en prendre.  Je ne vais quand même pas laisser une tite-niaiserie de même m’empêcher de vivre de belles expériences avec toi…

Et j’en ai pris!

________________________________________________

bobette1Bobette

Il a des choses dont on peut se débarrasser facilement et d’autres qu’on est obligé de garder toute sa vie! La relation avec mon coloc a commencé en même temps qu’une histoire d’amour qui, elle, n’a pas duré!

Mon nouvel amoureux et moi étions allés faire des petits tests de dépistage d’ITS, juste avant de laisser tomber le latex. Le verdict avait été sans tache ni reproche: on était «clean» pour faire l’amour allègrement!

Bravo! Clap, clap, clap…

Bravo surtout de ne pas nous avoir dit que le dépistage de l’herpès n’était pas inclut dans les tests faisant en sorte que quelques jours après avoir laissé tombé les condoms, je me retrouve la noune en feu et les jambes écartées devant un médecin qui me dit : «Vous avez l’herpès, sortez de mon bureau, je ne peux rien faire pour vous!» et devant le crétin celui qui venait de me refiler le coloc qui me crie. «Quoi?!? Tu m’as trompé?».

Je voulais mourir, j’étais dans la jeune vingtaine, je n’avais pas d’enfant, je quittais mon chum et je n’avais plus de dignité…

Aujourd’hui presque vingt ans plus tard, j’ai appris à vivre avec ce coloc, j’ai des enfants et je suis heureuse…

________________________________________________

nitouchka

Nitouchka

Je suis une maman mono-parentale sur la fin de sa trentaine, qui, après avoir digéré sa séparation et sa nouvelles situation, a eu envie de rencontrer l’amour encore une fois.  Armée de mon optimisme et de mon innocence, je me suis jetée dans l’arène cruelle des rencontres, croyant naïvement que l’amour se débusquerait au tournant de la première rue.

En final, en plus de découvrir que les jeux de l’amour avaient adopté de nouvelles règles et qu’on ne m’en avait pas avisée, j’ai chopé sur la route, un petit virus qui continuera désormais le chemin avec moi.

J’ai aussi découvert que de l’adversité naissent les plus grandes forces et qu’une belle vie se bâtit à coup d’effort et de volonté.

Bienvenue dans cette belle vie qu’est la mienne.