La vie nous laisse des marques.  On voudrait certainement en effacer quelques-unes mais on les accumule et on les encaisse les unes après les autres.  Elles font partie de notre vie et c’est dans cette idéologie que je vous laisse découvrir un superbe texte qu’une lectrice nous a fait parvenir. 

Vraiment, nous sommes privilégiées de recevoir et de partager de si beaux cadeaux.

Bravo et merci!

_____

Comme plusieurs personnes ici, l’herpès fait partie de ma vie et je ne fais même plus le décompte des années.

Depuis quelques temps, j’essaie de comprendre mon mur infranchissable face au dévoilement de cette intimité et maintenant que je sais la contagiosité sournoise en dehors des crises, je reste seule, n’ose le dire et ce n’est pourtant pas de la honte.

J’ai finalement compris la raison de ce mur…

Cet herpès fût tout simplement associé à des années de bonheur, c’est juste ça, mais tout est là pour moi.

Chacun à sa propre histoire avec l’herpès et les circonstances d’arrivée de ce coloc sont toutes aussi uniques que l’unicité de chaque personne.

Pour moi ce fût associé à l’amour de ma vie, rien d’autre.

J’étais jeune lorsque j’ai connu Roméo, c’était mon chum, c’est devenu mon mari et ensuite le papa de mes jumeaux.  J’ai attrapé l’herpès avec cet homme que j’ai aimé. Cela ne me dérangeait aucunement.

J’ai tout pris de lui et je lui ai aussi tout donné de moi… C’était notre engagement mutuel et total, à l’époque.  Nous ne somme plus ensembles aujourd’hui, mais je ne regrette absolument rien de ma vie.

Vivre un rejet maintenant, parce que j’ai aimé entièrement le père de mes enfants et que cela m’a laissé le tatouage de l’herpes à vie, je ne peux m’y résoudre encore.

Je ne suis pas prête et je l’assume pour le moment.

Le rejet n’est facile pour personne, je sais, mais je ne fais que vous dévoiler le sens que prendrait le mien, si on me rejetait, et jusqu’où cela pourrait venir me chercher…

J’ai eu des jumeaux (fille et garçon) alors essayez de vous imaginer ce à quoi peut ressembler une maman qui porte des jumeaux presque jusqu’à terme, le ventre gonflé et étiré à l’extrême… Césarienne pour couronner le tout.

Le résultat de cette grossesse gémellaire est un ventre complètement dégonflé et zébré de vergetures.

Voila je suis confinée à vivre avec cette autre particularité.

Le ventre tatoué du don la vie.

Je suis déjà allée consulter pour subir une éventuelle opération de reconstruction, mais j’ai changé d’avis après mure réflexion… J’ai porté mes 2 enfants et je ne peux me résoudre à effacer cette partie de mon corps, sans effacer cette tranche de maternité si belle et si importante à mes yeux.

Alors j’ai décidé de l’accepter ce ventre unique qui a servi de nid.

Je sais très bien je ne contaminerais jamais quelqu’un avec mon ventre flasque et texturé, mais voyez-vous, si un homme m’arrive et me fait le commentaire que mon ventre mou lui donne envie de fuir… et bien, ça me ferait aussi mal que de vivre un rejet à cause de l’herpès qui est entré, lui aussi, dans mon corps, par amour…

C’est juste mon histoire à moi, mais je l’aime cette histoire et l’herpès en fait aussi partie, comme le reste.

Et si la vie m’offre le cadeau de revivre à nouveau l’amour, et bien voilà, je viens de vous partager exactement tout ce que j’aimerais lui dire à cet homme…

Anonyme