L’autre jour, nous étions chez le beau frère à regarder les 872 photos de voyage commentées par la belle soeur…  J’étais sur le bord de sombrer dans un état comateux-végétatif lorsqu’un commentaire de ma BS m’a fait bondir hors de portée de Morphée:

– Aaaaah, je me souviens, lors de ce voyage là chéri avait un gros feu sauvage s’l’bord d’la bouche!  Hein chéri?… clic… Bien oui, R-E-G-A-R-D-E-Z  moi ça làààà on le voit très bien!….. Il était gros hein?

–  Oui il était gros mon amour…. De lui répondre BF.

C’était effectivement un MAGNIFIQUE spécimen herpéthique! Mais je n’ai rien dit. Il y a des occasions où faut vraiment savoir se taire sauf que là ça m’a tout pris et que j’ai dû me «Duct taper» les lèvres le temps des 142 photos restantes!

Une fois le calvaire achevé, sur le retour de la maison en compagnie de PresqueParfait, je reviens sur le sujet:

– Je parie que BS a le petit bobo de caché dans la culotte!

– Tu crois?

– Avec l’exemplaire que BF avait dans la face, il y a des maudites bonnes chances!  En plus, je n’ai jamais vu BS avec un feu sauvage et ils sont ensemble depuis si longtemps…

– Peut-être bien alors!

J’étais heureuse et j’arborais un fier sourire.  Pourquoi?  Je me suis posée la question et je crois que c’est parce qu’au fond je venais de démontrer à mon super amoureux que l’herpès il y en avait partout, même dans sa propre famille et que finalement, je venais encore une fois de consolider la notion qu’il pourrait aussi l’attraper avec quelqu’un d’autre….

C’est comme ça: même avec toutes ces années à partager ma culotte, il arrive encore que j’ai besoin de me rassurer!