Vivre avec l’herpès n’est pas toujours facile…

Bien que je sois très heureuse avec PresqueParfait mon chéri, il arrive que mon petit bobo porte une ombre à ce joli tableau.  Ça m’ébranle à chaque fois.  Depuis plus de vingt ans déjà chaque visite, et il y en a, me rappelle à quel point l’herpès me rend vulnérable.

J’étais justement dans l’une de ces périodes lorsque j’ai reçu un merveilleux texte écrit de la main d’une de nos lectrice : Silène.  Je l’ai lu.  J’ai pleuré.  Et cette lettre a eu l’effet d’un baume.  J’ai demandé à Silène la permission de vous le partager et elle a accepté.  Je suis donc fière de vous présenter ce texte qui, je l’espère, vous fera autant de bien qu’il m’a fait.

Mais avant tout, je voulais vous remercier d’être là…  Si vous êtes ici à lire et à vous informer, c’est que vous êtes certainement une personne sensible avec de grandes qualités dont une indéniable : votre souci des autres. Si l’herpès, en plus de son lot de petits bobos, venait avec cette belle qualité, on aurait intérêt à le partager au plus vite!  Alors voilà, merci de nous lire et de nous écrire et merci à Silène pour ce superbe texte.

_________________

Bonjour Bobette
Un petit mot pour vous dire que votre beau billet concernant votre fille a fait ressurgir de beaux souvenirs maternels en moi que je voulais vous partager. On voudrait ce qu’il y a de mieux pour nos enfants, on voudrait éviter le pire pour eux et en même temps on voudrait qu’ils soient nourris de nos valeurs profondes.

Et la vie n’est que choix et risques… dans tout.

Alors voici:

Mon fils a 23 ans et depuis 3 ans il fréquente sa petite copine. Du temps qu’il était célibataire et tout juste avant qu’il la fréquente, je ne la connaissais pas du tout… Alors un jour comme les autres, spontanément et sans raison particulière autre que ma curiosité, je lui demande:

– Mon Coco, si une fille te plaît beaucoup et qu’elle t’annonce qu’elle vit avec l’herpès génital au tout début de votre fréquentation, que feras-tu?

Et je vous précise qu’il n’est pas au courant de ma situation herpétique. Personne ne le sait sauf son papa qui me l’a transmis lorsque nous sortions ensembles, avant de nous marier, voilà très longtemps…..

Et mon Coco me répond : – Ben, je fais rien…

– Que veux-tu dire Coco par, tu ne fais rien?

– Ben maman, ça ne change absolument rien au fait qu’elle me plaise. On prend des moyens et c’est tout, quelle question!

Voilà, mon garçon m’a fait un grand bien par sa réponse tout simple.  Son acceptation et son respect des différences, juste ça c’était un cadeau, un beau retour des choses pour moi. Il ignore totalement le bien qu’il m’a fait, puisqu’il ignore complètement ma condition.

Et lorsqu’il a commencé à fréquenter sa petite copine, sachant sa mère hyper curieuse, il est venu me la présenter avant que je le harcèle.  Mon garçon est beau, grand et mince, ben oui je le trouve beau, on est toutes pareilles les mères!!! Je le sais!!

J’ai trouvé sa copine très jolie et gentille, mais elle a une particularité bien à elle… elle est grassette.

Alors moi, la mère curieuse qui veut toujours tout comprendre je cherchais un moyen discret de saisir ses motivations de gars. Étant certaine qu’à cet âge, les gars regardent et convoitent les petits bodys parfaits et que les filles, quant à elles, sont axées sur le leur, pour être parfaites et séduire les gars en retour.

Je marchais sur des oeufs dans cette discussion très délicate. Je ne me rappelle même plus LA question que je lui ai posée, mais j’ai retenu le plus important: sa réponse.

– Maman, je sais trèèès bien où tu veux en venir et je te vois arriver de loin avec tes questions existentielles. J’ai choisi ma Cocotte sachant très bien qu’elle  n’était pas au sommet des tops body, mais tu sais quoi?   Je suis bien avec elle et je suis heureux, c’est tout.

J’étais tellement comblée que mon Coco ait vu et saisi l’ESSENTIEL.  Je n’oublierai jamais ce jour. J’étais heureuse de son bonheur et ne demandais rien de plus à la vie.

Alors voici Bobette mon partage et ce que votre texte a soulevé de beau dans ma mémoire, merci.

Silène