Bobette l’a fait au nom  de la vérité et de la confiance.  Je ne peux me targuer de tant de vertu.

Je l’ai fait par narcissisme. 

Quoi que j’exagère! 

Par une certaine forme d’exhibitionnisme peut-être? 

Pas vraiment! 

J’avais plutôt envie de me révéler un peu plus. 

Un besoin de partager une partie de moi.  De mon petit jardin secret. 

D’une part j’en avais envie. 

De l’autre, ça me gênait beaucoup. 

Récurente dualité.  

Donc poussée par l’une et retenue par l’autre j’ai fini par ne rien lui révéler.  Je l’ai juste aiguillé. 

Six mains.  De femmes.  C’est là tout ce qu’il savait.

Il a cherché. 

Il est vachement intelligent.  Ou tenace.

Il a trouvé. 

Le récit de notre rencontre.  Mon bonheur.  Le vôtre pour moi.

Et mon angoisse.  Et ma colère. 

Et, ce dont il n’était pas conscient, la place que tout ça prenait dans ma vie.

Il me l’a dit.  On en a parlé.  Un peu. 

Juste un peu parce que malgré moi, je demeure tenaillée par cette peur idiote de réveiller le monstre du lac.

Juste un peu parce qu’il ne tient pas à fouiller notre intimité.  Bien qu’elle nous rapproche.

Je me suis questionnée à savoir ce qui, dans la balance, pesait le plus. 

Le regret ou le plaisir.

Et en final, je crois que ça me plait que l’Amoureux ait trouvé le blog.

Parce qu’il me plait ce blog. 

Pour l’impression qu’il me donne de redonner un peu.

Parce qu’il me ressemble.

Et que je m’aime bien!