You are currently browsing the monthly archive for novembre 2010.

Tout bon blogue sur l’herpès qui se respecte doit bien contenir quelques stats.  En voici un peu qui nous proviennent des USA et dont je me suis permis une petite traduction libre…  Je sais, c’est un peu plat mais y’a des jours où faut être sérieux (soyez sans crainte, ça ne durera pas!!!).

Bonne lecture et si vous avez des questions, n’hésitez pas, on va tenter d’y répondre de notre mieux.

HSV1 et HSV2 (les faits)

À l’heure actuelle, plus d’un américains sur 4 est porteur de l’herpès génital, mais seulement 1 sur 10 en est conscient ou a des symptômes.

The American Sexual Health Association prévoit que 50% des américains seront porteurs de l’herpès génital d’ici 2025.

Plus de 67% des américains, quand à eux, sont porteurs de l’herpès buccal et encore une fois, très peu ont des symptômes.

Le côté caché : les cliniques de dépistage des its ne font pas systématiquement le test de l’herpès car il est trop répandu par contre, ceux qui sont symptomatiques portent tout le fardeau émotionnel de cette condition très commune. En effet, la perception négative entourant quelques types d’herpès est si répandue que les gens porteurs qui ont des symptômes souffrent de rejet, de crainte, de désespoir, de dépression et peuvent même songer au suicide.  Le fardeau psychologique que beaucoup expérimentent est souvent bien pire que les manifestations physiques du virus.

Statistiques quant au virus d’herpès des Types I et II :

  • Entre 50 à 80% des américains ont l’herpès type-1, généralement responsable de l’herpès oral (ou des feux sauvages). La plupart des personnes contractent l’herpès oral quand ils sont enfant, en recevant un baiser d’un ami ou d’un parent.
  • Le type-1 peut être « converti » de l’herpès oral à l’herpès génital.
  • 20-25% des gens ont l’herpès de type-2 (généralement associé à l’herpès génital). De ce lot, 90% l’ignorent car ils n’ont pas de symptôme. Quelques sources indiquent même que 1 personne de plus de 30 ans sur 3 est porteuse de l’herpès type-2. Il est évalué que 50% des Américains porteront l’herpès génital d’ici 2025.
  • Les femmes sont cinq fois plus susceptibles d’attraper le virus que les hommes.
  • HSV peut-être transmis par le contact de peau-à-peau direct. Cela arrive quand un secteur contagieux entre en contact avec une minuscule déchirure de la peau ou de la membrane muqueuse, principalement sur la bouche et les organes génitaux, permettant au virus de pénétrer à l’intérieur du corps.
  • L’herpès peut être activement transmis par des gens qui n’ont pas de symptôme par un processus connu comme excrétion virale asymptomatique.
  • HSV peut aussi être transféré à la main sur d’autre partie du corps si vous transportez le virus actif sur une partie de peau qui aurait une micro lésion.
  • L’utilisation de préservatif réduit le taux de transmission de seulement 50%. Effectivement, si l’emplacement du virus n’est pas couvert par un condom (comme par exemple, les testicules), alors l’herpès peut être transmis même si les préservatifs sont utilisés.
  • LE TEST D’HERPÈS N’EST *PAS* INCLUS DANS UN DÉPISTAGE COMPLET DE D’INFECTION TRANSMISES SEXUELLEMENT, À MOINS QU’IL SOIT SPÉCIFIQUEMENT DEMANDÉ. Ainsi, beaucoup de personnes croient qu’elles sont libres de ITS alors qu’elles sont porteuses de l’herpès et qu’elles peuvent le transmettre.
  • Conséquemment à ce qui est mentionné ci-dessus, « des transporteurs asymptomatiques » peuvent inconsciemment transmettre le virus. 70% des nouveaux cas d’herpès recensés chaque année sont d’ailleurs contracté ainsi.
  • Il n’y a actuellement aucun remède pour le virus d’herpès. Les traitements supprésifs aident à réduire la sévérité/longueur des éruptions. Ces traitements sont aussi utiles dans la réduction du potentiel de transmission mais ils ne l’empêchent pas complètement.
  • L’infection au HSV peut réduire le système d’immunitaire. Les gens porteurs sont 2 à 4 fois plus susceptibles d’attraper le HIV.
  • La varicelle, le zona et la mononucléose sont aussi différentes manifestations du virus de l’herpès.

Je suis convaincue que plusieurs d’entre nous le font et ne le disent pas trop fort par petite gêne d’avoir l’air con mais comme il y a longtemps que mon tour de con est passé, j’ose prendre le ridicule de la chose sur mes épaules!

Alors voilà! Il m’arrive de questionner Ô Grand Prophète du Net afin d’avoir un p’tit sneakpeek sur mon avenir…

Et oui je vous jure, quand mon petit coeur a sursauté pour PresqueParfait, je suis allée consulter tout de go le divin Nguyen du net, j’ai tapé:

Mon signe, son signe —–> Enter!

Vous êtes incompatible sur toute la ligne.. Vos signes astrologiques sont dans l’opposition totale. Vous n’avez aucune chance.

Et merde!…

Mon prénom, son prénom —–> Enter!

Le tunnel sera long à parcourir… Prenez une bonne pelle, il va y avoir de quoi pelleter et si vous arrivez au bout de vos peines, il y a peut être – et je dis bien peut-être – des chances que ça fonctionne !

Fait chier!…

Mon signe chinois, son signe chinois  —–> Enter!

L’attirance est indéniable!  Vous êtes de vrais aimants….. Mais pas pour longtemps !

?!? Non mais c’est de la connerie pure. Foutaise et pipi de chat pour aliénés mentaux!

Son type, mon type  —–> Enter!

Non mais t’as pas oublié poulette, c’est un moldu ton mec !!!

Ah! Ah! Ah!  Fallait bien que je vous la serve celle-là !!!

Toujours est-il que tout ça c’est con, je sais !…. Sauf je dois quand même admettre que malgré ma non croyance à l’astrologie et à tout ce charabia ça fait un petit quelque chose de lire partout qu’on est parfaitement incompatible : la Princesse Nanane en moi aurait de loin préféré se faire dire que ce sera merveilleux, collant comme le miel de trèfles à quatre feuilles et heureux jusqu’à la fin des temps…

Et non! Nanane manquerait-elle de jugeote? Et si Nguyen disait vrai?

Que d’incertitudes…. Mais fouillons d’avantage et extirpons au plus sacrant du plus profond des tripes de la TWDVI (Triple-W de la Divination-Véritable-Infinie) la vraie vérité que Nanane veut bien entendre…

Mon nom de famille, le sien —–> Enter!

Cet homme et cette femme sont tous deux régis par les mêmes éléments. Ils sont définitivement faits l’un pour l’autre!…

O-U-I….. Je le savais!!!!

Oufff….. 😉

La vie est bonne, la vie est belle, la vie est mouvante.  Heureusement.

L’année dernière, à pareille date, Amétys, Bobette et moi, toutes célibataires que nous étions, avions échouées dans une petite ville reculée, bien décidées à y faire la fête!  Un événement y était prévu et la faune humaine s’annonçait propice aux rencontres et aux plaisirs. 

Nous nous sommes donc retrouvées dans une chambre d’hôtel de l’endroit, enthousiastes à l’idée de faire la fête.  Nous avions prévu l’attirail de circonstance et c’est en se pomponnant pour la soirée qu’on s’est aperçues que nos garde-robes respectives nous avaient recraché le même uniforme: des jeans et un chandail noir.  

Lorsque c’est tout ce que ta garde-robe peut t’offrir pour en jeter plein la vue dans un bar, il est temps de sauter dans la case des has been!  On aurait dû se douter que ce « hasard » donnerait le ton à la soirée mais il n’était pas question de gâcher notre plaisir.

On file donc en ville pour rejoindre la fête!

Autre signe du destin;  J’avais fait erreur sur la date de l’événement et l’endroit avait plus les allures de Val Jalbert que de la rue Crescent un soir de Grand Prix!  La faune se résumait à quelques spécimens locaux qui devaient avoir la moitié de notre âge….. et le double de nos soutien-gorges!

Un peu dépitées (beaucoup pour moi, organisatrice de la soirée) nous nous sommes installées près du plancher de danse, décidées à s’éclater coûte que coûte!  On a enfilé martinis par dessus shooters pour colorer nos humeurs un peu moroses, déterminées à débusquer le plaisir au fond de nos verres.

Mais de toute évidence,  le plaisir, lorsqu’il ne vient pas, ne peut être forcé.  Encore moins bu.  Parce qu’alors il devient pathétique.

Trois matantes en jeans bleus et t-shirt noirs à l’estime et la démarche flageolantes, ça cassent pas la baraque devant des nymphettes sautillant en mini-jupe et talons vertigineux!   Même les yeux des vieux croulants passaient par-dessus le trio Levis!   Pathétique!

J’ai bien tenté quelques pas sur la piste en compagnie de Bobette mais devant le regard consterné d’Amétys, on a compris qu’aucun effort, qu’il vienne de nous ou de la barmaid,  n’y ferait! 

L’alcool dans sa chute entrainait les miettes d’estime et de charme qui pouvaient nous rester.

On a tenté de se reconstruire dans un petit pub non loin mais la faune y était tout aussi désertique.  Et le mal était fait.  Les martinis ne pouvaient plus rien pour nous sinon nous infliger un coma éthylique.

Nous sommes donc rentrées à l’hôtel chancelantes et dépitées.  C’est là qu’on s’est tapé une mémorable scéance de photos qui, en plus de réchapper la soirée, a donné naissance aux désormais célèbres  Herpes Angels …. et à un pénible mal de tête!

Ça c’était l’année dernière, à pareille date, alors qu’on croyait bien que le bonheur c’était pour les autres!  Ceux qui n’avaient pas l’herpès.  Aux trémoussantes midinettes de 20 ans.

Pourtant.

Pourtant cette année Bobette et Monsieur PresqueParfait on passé le weekend collé-collé,   Amétys a consacré son temps (et surtout son immense talent) à la danse et moi, j’ai célébré l’anniversaire de mon Amoureux.

L’année dernière, à pareille date, on n’y aurait jamais cru.

Voilà un article qui m’a laissée pantoise…  Déjà que les professionnels de la santé ont de la misère à s’y retrouver avec les its!  Voyez-donc ce qu’on invente maintenant :

_____

Vous avez une ITS? Il y existe une application pour ça
Par Sophie Giroux, Canoe.ca  original ici

 

Une clinique de recherche du Royaume-Uni a présenté cette semaine une trousse qui fonctionne autant sur les téléphones intelligents que sur un ordinateur personnel et qui permet à son utilisateur de passer un test pour les infections transmises sexuellement (ITS).

Cette trousse serait destinée à rejoindre les jeunes technophiles, considérant que c’est le groupe des adultes en bas de 25 ans qui est le plus à risque à développer de nouvelles infections.

Le docteur Tariq Sadiq, qui est à la tête de ce projet, a affirmé dans une entrevue accordée à The Guardian, qu’il espère que cet outil aidera à réduire le nombre d’infections.

Le test mobile sera facile d’utilisation. Les gens suspectant avoir été infectés pourront appliquer un échantillon d’urine ou de salive sur une puce électronique.

Muni d’un port USB la puce sera branchée soit dans un téléphone intelligent ou soit dans un ordinateur. Le diagnostic sera alors émis dans les minutes qui suivent, en plus de préciser, s’il y a lieu, de quelle infection il s’agit.

La trousse de dépistage permet de diagnostiquer des infections comme la chlamydia et la gonorrhée en plus de suggérer des options de traitement. – Dans l’article original à The Guardian (en anglais) on parle même du dépistage de l’herpès –

Dr Sadiq n’a pas apporté de précisions techniques quant à la puce électronique en question. Cependant il affirme qu’il s’agit d’un produit abordable qui sera potentiellement disponible dans les machines distributrices.

_____

Bien oui, c’est ça!  Léchez donc votre téléphone avant de lécher n’importe quoi!!!

Sachant comment l’info sur l’herpès est contradictoire et les tests sont souvent erronés, j’ai comme un peu l’impression qu’on ouvre peut-être une petite faille vers la transmission.

Mais bon, c’est une opinion que je partage et si j’ai raison bien coup donc, on se rapprochera du 100% de la population!!!



L’amoureux fait des feux sauvages.    On a beau savoir qu’il s’agit également d’herpès, on ne peut nier que c’est une tare beaucoup plus facile à porter que celle qui se loge dans nos culottes.

Mais quand même, d’l’herpès c’est d’l’herpès.

L’Amoureux et moi dinions au resto avec des amis.  Toute la soirée durant, j’avais cette petite irritation sur la lèvre qui m’agaçait.

De retour à la maison, je lui fais remarquer cette enflure qui grossit sur ma lèvre supérieure.

On dirait bien un feu sauvage, me fait-il remarquer innocemment.

J’éclate alors de rire.  Devant son air surpris je lui explique.

C’est bien pour dire.  En final ce ne sera pas moi qui t’aurai refilé l’herpès.  Ce sera toi qui m’aura fait cadeau d’un deuxième petit coloc!

Cette histoire aurait été bien croustillante si elle s’était avérée mais finalement, l’herpès présumé s’est révélé être une réaction allergique à une quelconque épice indienne.

N’empêche, ce n’est pas sans me rappeler que la menace n’arrive pas toujours d’où l’on croit.

Et que l’herpès prend plusieurs visages.  On a juste hérité du plus laid.

Toute vérité n’est pas bonne à dire.

Mais sur la vérité s’établit une base importante : celle de la confiance. En tout cas moi j’y crois… tellement que je me suis ouvert comme un grand livre à mon amoureux et lui ai parlé de MPB.

Et oui! Vous l’aurez deviné. Il sait maintenant comment j’ai rencontré les copines et connait l’existence de la charmante Bobette…

J’avoue que j’étais un peu angoissée à l’idée lui faire ces grands aveux mais, comme ça faisait un petit bout que j’avais envie de partager avec lui les moments touchants de la vie de Bobette et que j’assume tout à fait le personnage,  je l’ai fait…. Un peu de la même façon dont j’aurais annoncé l’existance du coloc en prenant une grande respiration et en utilisant la classique infaillible de The Herpeze Bible : «Y’a quelque chose qu’il faut que j’te dise….!»

Je lui ai aussi demandé, en toute utopie, de ne pas lire. Je lui ai dit que je préférais lui offrir une sélection de quelques articles choisis et lui ai lu, entre autres, celui ou Nitouchka l’a baptisé PresqueParfait.

Il a bien rigolé mais n’était pas certain à savoir si mon secret avoué n’aurait pas du rester secret… « Tu sais Bobette, quand on a un secret et qu’on veut qu’il le reste…. Faut pas en parler»…

C’qu’il est brillant Ppf !!!!

Ceci dit on ne lèvera pas le pari bien haut à savoir s’il le lira. J’assume qu’il lira. C’est un homme intelligent et curieux.

Mais si je vous cause de tout ça c’est que j’ai un but bien précis.  De confidence en confidence, on apprend beaucoup l’un sur l’autre…

Moi, l’herpès, je n’avais pas vraiment le choix d’en parler mais lui, il avait le choix de se taire ses secrets.

On a beau se fier à notre jugement, en relation il y a inévitablement des risques parce que des tares et des blessures sont tues.  On ne connait pas le passé des gens sauf pour ce qu’ils veulent bien nous dévoiler, au delà des dorures projetées.

L’herpès avoué, au fond, n’est-il peut-être pas si hasardeux ?

Et je crois que c’est là où réside notre problème d’estime de soi parce que nous aussi, herpétique qu’on est, on voudrait bien faire luire la perfection au delà de la brume.  Chose impossible, on le sait bien ! Alors on a tendance à se rabattre, à se diminuer et à se négocier à rabais…

Parce qu’il y aura toujours cette petite tache d’encre de vie sur nos pages blanches à écrire…

Ça, ça rend vulnérable mais il reste que pour séparer le bon grain de l’ivraie, l’herpès peut devenir un excellent filtre à morons à condition de ne pas se considérer minus…

Malheureusement ce miniminus et ce manque d’estime qu’on s’inflige soi-même on les côtoie trop souvent. Alors assumons-nous et permettons-nous donc de rayonner de mille feux, bien au delà de notre petite tache qui, au fond, n’est pas pire qu’une autre… Sauf pour la seule différence entre la nôtre et celles des autres c’est qu’on ne peut pas la cacher.  Elle n’est pas pire ou moins pire, blessante ou moins blessante, elle est juste moins discrète…

Alors brillons!  Brillons de mille feux!!!!!

Et pour en revenir à M. PresqueParfait ?  Je ne sais pas s’il nous a lu…. Mais, en accord avec les copines on est d’avis que si notre chum nous avait annoncé une pareille nouvelle, nous nous serions précipitées sur nos ordis pour faire un brin de lecture express!!!

Alors si c’est l’cas…. C’est bien tant mieux:  J’t’aime PPF!  😉

Vous connaissez l’adage : Les gens heureux n’ont pas d’histoire. Ou peu. Mon coloc se tenant peinard (et qu’il le demeure)et ma vie voguant doucement sur les eaux calmes du bonheur, du coup, je me retrouve devant un écran bien blanc lorsque vient mon tour d’alimenter nos voraces lecteurs. Gros Néant.

Jusqu’à ce que ma copine Loulou fasse la connaissance de l’Abruti.  Faut bien que ça serve les amies.

Loulou et moi avons un rendez-vous téléphonique quotidien. Pour parler de quoi? De nos déboires amoureux pardi!

Pour faire un petit retour en arrière, Loulou avait un amoureux. L’amoureux a levé les feutres. Loulou cuve sa peine depuis et en parallèle, tente sa chance sur le marché des agents libres. On ne sait jamais. Le miracle peut survenir à tout moment. Il s’est produit pour Bobette, il s’est produit pour moi, alors pourquoi pas Loulou!

L’Abruti s’est donc présenté à elle déguisé en prince charmant. Et elle est passée à deux poils près d’y croire. Sauf que l’expérience aidant (il faut bien que ça servent tous ces déboires!) elle a rapidement flairé que la couronne du prétendant, c’était que du toc!

Loulou a fait comme se doit. Après quelques rencontres, elle lui a parlé du coloc.

Le pauvre Abruti a eu un choc. La femme de sa vie (déjà après une semaine!!) était au prise avec une horrible « maladie » (ses mots!) et franchement, il ne savait pas du tout ce qu’il devait faire. On le comprend quand même. Il a beau être abruti, c’est légitime d’avoir peur de contracter l’herpès.

Il est passé par toute la gamme des émotions.  Mais surtout par le mépris.  Bien déguisé sous ses déclarations mièvreuses d’amoureux déçu. 

Il s’inquiétait de l’attraper, même avec un condom, malgré le Valtrex. Il naviguait sur les eaux de son indécision, furieux contre l’herpès, blâmant Loulou pour ses choix amoureux passés (déjà!)qui l’empêchaient de l’aimer pleinement mais assuré qu’elle l’attendrait comme une assoiffée attend le porteur d’eau puisqu’anyway, qui voudrait d’une Loulou herpétique, si belle soit elle!!

N’était-il pas le plus valeureux et généreux parti que Loulou pourrait jamais espérer avoir considérant « son état »?

Mais le truc avec l’herpès c’est qu’il n’y a pas cinquante-six solutions. Il y en a deux. Tu l’acceptes ou tu ne l’acceptes pas.

L’Abruti ne l’avait pas compris, convaincu qu’il était de faire une fleur à Loulou en ne la dumpant pas comme la vulgaire lépreuse qu’elle était.

C’était bien mal connaître sa Loulou. C’était être un abruti à la puissance dix. C’était sans savoir qu’en plus d’avoir une tête sur les épaules et une estime d’elle-même aguerrie aux idiots, Loulou porte en elle sa force et celle de toutes ses amies réunies qui ont, ensemble et en solitaire, fait l’autopsie de ce que l’on pouvait accepter au nom du coloc. 

Rien.  Pas même un abruti. 

Un soir donc, sous l’appel pressant de son système d’alarme intérieur,  Loulou a coupé court à l’indécision de l’Abruti.  Elle lui a fait savoir que, bien qu’elle respecte sa crainte qui est somme toute légitime,  elle n’accepterait jamais d’être avec quelqu’un qui craindrait tout le temps d’être infecté.  Too bad for you honey! 

On s’est bien marré sur sa réaction en rétrospective.  Le pauvre ne pouvait y croire!  Se faire dumper par une brebis galeuse.  Le comble de l’insulte! 

Mais pour Loulou, l’herpès n’était en fait qu’une belle excuse pour se débarasser plus rapidement d’un autre de ces paumés qui sévissent malheureusement sur le marché du célibat! 

Et pour franchir un pas de plus sur le chemin de l’estime de soi.

Keep on walking Loulou.  Il est quelque part sur ta route.  Suffit d’avancer.

Mon petit bobo…

Le blogue de trois filles bien sympathiques, Amétys, Bobette et Nitouchka, vivant chacune avec un petit coloc dans la culotte!

Première visite?

Tout d'abord bienvenue chez MPB! Afin de vous aider à nous connaître un peu et à en comprendre d’avantage sur notre situation, nous vous invitons à commencer la lecture de notre blogue par l'onglet «Billets choisis». Bonne visite!

Commentaires récents

Fireball sur Questions
Corail sur Questions
Fireball sur Questions
cricri sur Questions
Sylvie sur Questions
cricri sur Questions
Corail sur Questions
Fireball sur Questions
Sylvie sur Questions
Fireball sur Questions

Suivez-nous sur Twitter!

Blog Stats

  • 307,977 hits