Ta daaam!!!  Me voilà!  Et non, je ne suis pas morte sous un mec…  I wish!

J’ai comme l’impression que j’ai des comptes à rendre moi là là.  Malheureusement pour vous, y’a rien de croustillant à raconter.   Comme dirait l’autre, j’ai rien à dire.  Enfin, rien qui me semble d’intérêt public.

Faut dire que contrairement à moi, mes deux partenaires ont l’art du doigté bien développé et que je me plais moi-même à les lire.  Quand j’ai terminé, j’ai toujours l’impression qu’elles ont dit ce que j’aurais dit mais tellement mieux alors pourquoi en rajouter?!

Je doute que ma passion pour les danses latines vous intéresse ou que vous ayez envie de lire les aventures quotidiennes d’une fille en vacances pour 2 mois avec pas grand chose de spécial à faire sinon danser, boire, trouver des amis avec la clim et une chambre libre, manger et aider Copine à peinturlurer.

Le sujet de ce blogue étant ce qu’il est, je devrais vous entretenir de ma vie amoureuse et de ses déboires dus à notre copain H.  Contrairement à Nitouchka, la mienne est inexistante et contrairement à Bobette, je m’emmerde royalement au-dessus de mon clavier alors je suis très peu active (voire nulle) sur les sites de rencontre.

Alors il ne me reste que la honte.  La honte de vous avouer que ça fait un an aujourd’hui,  jour pour jour, que je n’ai pas baisé.  La honte de rajouter que ça fait 10 mois que j’ai une obsession pour un mec qui ne mérite même pas mon respect.   Un mec qui flirte avec moi et qui en baise d’autres.  Un mec dont je suis la victime consentante.  Un mec qui aurait fait de moi une coccue si je n’avais pas eu l’H.  Merci l’H!

Le dilemme aussi de partager avec vous mes peines et mes insécurités car la plupart viennent du fait que j’accepte mal ma situation.  Au quotidien, l’H n’a plus d’effet sur moi.  Plus d’effet car inconsiemment, j’ai décidé il y a déjà un moment que l’amour, le sexe et la vie de couple ne me sont plus choses permises.  Ça doit être pour cette raison que je reste accrochée à cet homme qui n’avait rien à offrir au départ à part le mensonge et la déception.  Je me trompe moi-même en me faisant croire que je suis ouverte aux histoires de coeur alors qu’en réalité j’ai la chienne.  La chienne de foncer et d’être rejetée… peut-être aussi la chienne que ça marche….  Vaut mieux m’accepter comme je suis que d’avoir à tout reconfigurer ma vision de mon moi-même, de ma valeur.

Comme vous pouvez voir, y’a pas de quoi se vanter.

Ni de vous faire rire.

Ni de vous remonter le moral ou de vous convaicre que l’herpès est un cadeau du ciel, un condom à salauds.

Rien à dire.  Rien à raconter.  Si seulement!!!