You are currently browsing the monthly archive for mai 2010.

Il faisait réellement beau… Ni trop frais, ni trop chaud : la température idéale pour se taper un joli marathon.

Je courais. Les gouttes des sueurs perlaient sur mon front et sur la peau de mon dos. J’étais rendue environ au tiers de ma course…

Des centaines de personnes qui avaient pris part au départ, je n’avais pas encore remarqué cet homme jusqu’à ce qu’il s’écroule à quelques mètres de moi.  Il s’agissait d’un ancien collègue de travail.

Je l’ai reconnu au moment où, serrant ses mains contre sa poitrine, il fit un demi-tour sur lui même, le visage crispé de douleur et qu’il s’effondra sur le sol.

Je me précipitai alors sur lui. Il semblait terriblement souffrant. Je plongeai ma main dans ses cheveux mouillés et lui soufflai que j’étais là.  Le son de ma voix le rassura. Il ouvrit légèrement les yeux et m’expliqua la sensation qu’il avait que son cœur allait exploser. Il prit ma main et la posa doucement sur sa poitrine…

Je sentais les douloureuses contractions de son cœur. Chaque battement propulsait tout son corps au creux ma paume. Je le sentais s’affaiblir et lui répétais que les secours arriveraient.

Il n’y avait plus que lui et moi.

Lui sur le bord du gouffre et moi lui tendant désespérément la main… Je sentais qu’il m’échappais et qu’il me quitterait pour toujours…

Et dans un élan rempli d’émotions, je lui dis :

«Je t’aime, tiens bon… Je t’aime encore…»

Il ouvrit les yeux murmura qu’il m’aimerait toujours. Puis me quitta…

Dans un soubresaut, le cœur palpitant, les draps trempés je me suis réveillée seule au beau milieu de mon lit. Envahie d’un profond malaise, j’ai eu peine à retrouver le sommeil.

 

Je n’ai pas fait le grand saut.  J’ai attendu de le connaître d’avantage Monsieur T avant de m’étendre sur le sujet comme de la confiture à la fraise…

Et j’ai bien fait parce qu’après quelques temps Monsieur est devenu vapeur et s’est volatilisé : ce qui semble devenir très tendance pour les hommes de ma génération!

Toujours est-il qu’après un long silence, et fort probablement pour avoir bonne conscience, il m’envoie un gentil message m’indiquant à quel point je lui plaisais mais que par pur bonté d’âme, et parce qu’il se croyait incapable de s’investir, il avait décidé de se retirer par peur de me blesser mais qu’il souhaitait sincèrement que nous restions amis.

Bla, bla, bla……… C’était un peu n’importe quoi mais RIEN qui n’ait à voir avec l’herpès : il ne le sait même pas !

Rassurant me direz-vous……… ?!?

Mais que font ces gens sur des réseaux de rencontre s’ils ne veulent pas s’investir ???

Pffftttt…

N’empêche que si je retiens une belle leçon d’avec Monsieur T c’est qu’il n’y a vraiment pas de presse à annoncer le coloc et que c’est vrai que si on le dit trop vite on risque d’être convaincu que c’est la cause d’un non-retour alors qu’il n’en est rien!

….

Merci pour ce charmant accueil! Très plaisant d’avoir du feedback! Je sens que je vais devenir accro! J’ai en effet certaines histoires croustillantes à mon actif, d’autres qui m’ont laissé quelques bleus… J’ai envie de faire ça interactif d’ailleurs. Je vous laisse choisir le sujet de mon prochain billet.

a) Cuba el Libre (part 2)
b) Le jour où je me suis fais tatouer
c) Brun, la couleur de l’amour

Margojolie

Toute une année à parler d’un coloc désagréable ça vous épuise un peu les neurones!…  Toutes trois à récupérer sous cathéter, on avait besoin d’un peu de sang neuf!!!!…  Et bien en voilà: aujourd’hui on est bien heureuse de vous présenter la belle Margojolie qui viendra joindre sa plume à la nôtre de temps à autre…


Question de [fun•éthique]

Flashback sur ma première année à titre de fille avec l’herpès. Après un premier « coming out » où je me fais dire « merci mais non merci » (la terre avait arrêté de tourner ce jour-là, l’avez-vous senti ??), et une 2e expérience totalement inverse (« quoi, c’est juste ça que tu voulais me dire ?! »), me voilà dans un Tout Inclus à Cuba histoire de récupérer d’une année trop riche en émotions.  En train de m’entraîner au gym du resort, avec évidemment un superbe cubain m’aidant consciencieusement à faire mes pompes et de toute évidence désireux de me faire faire une autre sorte de gym….

Bon. Me v’la à l’autre bout du monde. Avec un mec…. superbe. L’occasion parfaite de me faire un peu de fun… Après tout, je ne le reverrai jamais ! Si je me protège, si je prends mon Valtrex, quelles sont réellement les chances de lui refiler quelque chose ?? Et en plus, quand on accepte ce genre d’aventure, on accepte ce qui pourrait éventuellement venir avec…. En revanche…. Et-ce que j’aimerais qu’on me cache cette information ? Et puis… autre question…. Comment ça se dit « J’ai l’herpès » en espagnol ?!?!?!?

Les petits dictionnaires de dépannage n’ont pas ce mot-là….Pourtant, le ¼ de la planète est pognée avec…. Il me semble que mini Petit Larousse aurait pu se forcer un peu plus…… Je me vois d’ailleurs, en train de siroter un mojito, lui pointant le mot dans le dictionnaire, avec un immense sourire gêné sur mon visage….  Avouer ça dans ta langue, ce n’est déjà pas évident. Alors le faire dans une autre langue….. Un vrai « tue-l’amour »…

Eh bien j’ai décliné les folles propositions, évidemment. Incapable d’aller plus loin que quelques séances de baisers torrides dans le petit réduit du gym…
Me convainquant intérieurement qu’anyway c’était mon passeport canadien et non mes beaux yeux qui faisait autant d’effets….

Vol du retour, atterrissage à Montréal. Back to reality.
4 ans plus tard. Je ne sais toujours pas comment ça se dit, « herpès » en espagnol (même si la vie m’a mis ensuite un autre superbe Cubain dans les pattes, histoire de me tester…. Mais ça c’est une autre histoire ;-)…
Donc aucune idée en espagnol. En anglais, en revanche, je sais très bien comment j’écrirais le mot en phonétique….

[her•peace] ….

Margojolie

Comment a-t-on pu oublier????

La semaine dernière, le 23 avril, c’était le tout premier anniversaire de notre blogue!!!

Après un an, 148 textes, 1485 commentaires, plus de 43 000 visites… On tient à vous dire merci!!!

Merci d’être là, de nous lire, de nous commenter et surtout de partager vos expériences parfois douloureuses mais heureusement souvent positives.

Bonne fête MPB!!!

Mon petit bobo…

Le blogue de trois filles bien sympathiques, Amétys, Bobette et Nitouchka, vivant chacune avec un petit coloc dans la culotte!

Première visite?

Tout d'abord bienvenue chez MPB! Afin de vous aider à nous connaître un peu et à en comprendre d’avantage sur notre situation, nous vous invitons à commencer la lecture de notre blogue par l'onglet «Billets choisis». Bonne visite!

Commentaires récents

Puce sur Questions
Tunespasseule sur Questions
Elizabeth sur Questions
Corail sur Questions
Puce sur Questions
Elizabeth sur Questions
Bobette sur Questions
Rodrigue sur Questions
Elizabeth sur Questions
Corail sur Questions

Suivez-nous sur Twitter!

Blog Stats

  • 318,936 hits