J’étais décidée.  Décidée mais crispée  jusqu’au bout des cheveux.  Il m’a embrassée, fait du thé, embrassée de nouveau,  souri, rerembrassée encore et m’a dit de prendre mon temps si ça m’angoissait autant.

Finalement,  devant ma nervosité et avant que je ne mette en lambeau le Fred Poulet que je triturais comme de la pâte à modeler qu’on cherche à ramollir, il a imposé son véto. 

– Ok vas-y!  Qu’est-ce que tu veux me dire?

J’ai péniblement extirpé du fond de mes entrailles le petit laïus que je m’étais récité comme un mantra toute la journée; dans le traffic, en lisant mes rapports, en lunchant,  en courant sur le treadmill, en faisant claquer mes talons jusque chez lui et en attendant qu’il ouvre la porte.

– Hey bien, a-t-il dit surpris, je suis déstabilisé.  Pas par ce que tu as mais parce que je m’attendais tellement à autre chose. 

– Genre?

– Genre…. je sais pas……….genre j’ai la facheuse manie de croquer les pénis lorsque je deviens trop excitée par exemple.

– …………

– Mais si c’est juste ça et que mon pénis demeure intact, il n’y a aucune raison de s’en faire.   Rien pour se faire du sang de cochon anxieux et rien pour tourner les talons surtout.

– …… tu n’as pas de question?

– Qu’est-ce que je devrais savoir?

********************************************

Je suis aux anges, je n’ai pas dormi de la nuit et j’ai un vilain rhume.  La vie est belle.