Bonjour Dateur,

J’ai lu ton texte sur ton blog.  Tu comprends que j’ai eu envie de réagir.  De te dire que tu as tort même si tu le sais.  De te dire que c’est ton droit le plus légitime de choisir de ne pas prendre le risque de contracter l’herpès.  J’aurais moi-même bien aimé ne jamais l’attraper.  C’est d’ailleurs quelqu’un qui mesurait tout à l’argent, comme toi,  qui me l’a transmis.  Il considérait qu’avec tous les cadeaux qu’il m’offrait, il s’exemptait du droit de me dire qu’il cohabitait avec un petit coloc.

Une partie de ta réaction est tout à fait légitime.  Il y a une époque où, si on m’avait annoncé une telle chose,  j’aurais moi aussi eu envie de me pousser.  Pas d’une façon aussi cavalière c’est certain mais je n’aurais pas eu envie de prendre ce risque moi non plus.  Et tu sais pourquoi :  parce que j’étais ignorante.  Comme toi.

Alors si tu me permets, je vais te parler un peu d’herpès.  Il y a deux types d’herpès :  le VHS1 qui se situe généralement sur la région de la bouche (feux sauvages) et le type VHS2 qui se situe principalement sur les parties génitales.  Il arrive parfois que le type 1 se retrouve sur les parties génitales et vice versa.

On estime que 20 à 25% de la population est atteinte du type 2 et, tiens-toi bien, 75 à 80% est atteinte du type 1.  On calcule également qu’une très forte majorité des gens atteints ne le savent même pas puisqu’ils sont asymptomatiques.  Si ça se trouve D.  TU AS L’HERPÈS.  Il y a plus de chance que tu l’aies que tu ne l’aies pas.

Pour répondre à ta question, oui on peut se marier et avoir des enfants avec quelqu’un qui a l’herpès.  C’est PLEIN de gens qui l’ont fait.  C’est plein de gens qui le font.  Une personne sur 4 autour de toi.  Parce qu’il y a plein de belles âmes pour voir au-delà d’un petit bouton.

Ils sont comme moi, comme mes copines ici, comme pleins de nos amis, des mères et des pères de famille, des époux, des gens intelligents, articulés, avec des carrières passionnantes, des rêves, des buts, des réalisations, de l’argent, qui sont beaux, en forme, en santé et équilibrés.  Des gens que tu respectes et si ça se trouve, que tu envies même peut-être.

L’herpès D. y’a rien là.  C’est UN PETIT BOUTON.  T’empêcherais-tu de dater une fille qui fait des feux sauvages ?  Pourtant il s’agit bien là d’herpès.  Qu’elle pourrait te refiler lors d’une fellation ou en t’embrassant.

Je comprends ta crainte mais elle est injustifiée et causée par l’ignorance.  C’est tout à ton honneur de t’être excusé et je suis heureuse de la réaction des gens sur ton blog.  Sans eux, tu n’aurais jamais réalisé l’odieux de ta réaction.

Je suis contente aussi que cette fille ait été honnête.  Bien qu’elle ait du être humiliée, elle a évité de se faire baiser par un gars qui calcule l’intérêt d’une personne à la possibilité qu’il a de la baiser versus l’argent qu’il y met.  Désolée D.  Fallait que je le dise.  Mais tu es jeune et je suis convaincue que tu as le potentiel de changer. 

Savais-tu D. que cette fille ne t’a pas abusé mais qu’elle t’a fait un immense cadeau.  J’aurais aimé qu’on me fasse le même.  Je n’ai pas eu ta chance.  Tu n’aurais pas dû te pousser.  Tu aurais du la remercier.  De sa confiance, de son honnêteté.  Tu aurais pu, au lieu de compter tes sous, profiter de l’occasion qui t’était si gentiment offerte.  Lui demander comment c’était arrivé.  Comment elle vivait avec ça.  Comment ça l’affectait.  Comment tu pouvais te protéger.  Tu avais le pouvoir de faire la différence dans la vie de quelqu’un et dans la tienne.  Et ce, sans même coucher avec parce que oui, tu as entièrement le droit de refuser de coucher avec quelqu’un qui a l’herpès.

Mais si ça se trouve D., tu es passé à côté du grand amour que tu recherches.  Quelle dignité elle a eu quand même.  Pourquoi ne lui refilerais-tu pas notre adresse?  J’aimerais bien la connaître. 

Voilà, c’est ce que je tenais à te dire.  Toi tu vas continuer à dater en série et un jour, tu rencontreras cette fille qui, soit ne te le dira pas, soit ne le saura pas, et elle te refilera l’herpès.

À moins que ce ne soit toi qui le refile à quelqu’un.  Parce que qui te dit que tu ne l’as pas déjà ?