You are currently browsing the monthly archive for décembre 2009.

On vous en souhaite toute une bonne…

Amour, santé, sexe et succès…

Amétys xxx  😀  Bobette xxx  😛  Nitouchka xxx 😉

– Allo?

– Allo, c’est l’homme…

– Ohhh, bonsoir l’homme…… Ça va?

– Heuuuuuu…. Oui ça va mais……. Il faut que je te dise quelque chose……………

– …?

– Maintenant!

– Hummmm… Oui, je t’écoute.

– Bien j’ai beaucoup réfléchi….

– Ahhhhh????

Puis le fait que tu aies des enfants, ça me dérange un peu… Bien tu sais…. Bla, bla, bla….

– Ok, je ne peux rien faire et comme je ne peux quand même pas les faire euthanasier je dois comprendre que ça s’arrête là…….C’est ça?…… C’est dommage……. Mais tu sais quoi?

– Non???

– Bien j’aurai eu une sacrée bonne baise pour bien finir l’année! Merci et bonne année!

– Ah? Heuuuuuu…. Bien…… Bonne année aussi alors…

– Ok bye!

– Bye…

Je ne saurai jamais si c’est les enfants ou l’herpès ou le combo qui l’aura fait fuir mais j’ai été honnête et j’ai quand même pris mon pied.  Je me sens belle et désirable et ce petit cadeau de fin d’année m’a fait grand bien…

Mais j’ai un p’tit message à faire au Père Noël:

«Cher Père Noël. Je te remercie. Tu m’as fait un bien gentil cadeau. Merci……….. Mais, en passant, t’es rien qu’une sacrée ordure!

Nous avons passé une journée fort agréable.

Il m’a invitée chez lui, nous avons parlé durant des heures.

Nous nous sommes embrassés puis j’ai dévoilé ce qui se cachait sous mon emballage.

Il m’a écoutée puis m’a prise dans ses bras en me disant que je venais de grimper plusieurs barreaux à l’échelle de son estime.

Nous nous sommes enlacés.

Le temps s’est arrêté et je suis restée, repue, allongée contre son corps.

J’ai fermé les yeux et j’ai souri…

Merci, Sweet Santa xxx

On avait rendez-vous.

Je suis arrivée en premier. J’ai commandé un latté, j’ai pris un journal et me suis dirigée vers le comptoir.

Je suis restée debout.

Il est entré…

Je l’avais espéré beau, grand, intelligent et audacieux…

Le Père Noël m’a comblée.

On a passé l’après midi à jaser et à rire.

Au moment de se quitter, il m’a embrassée tendrement sur les joues, a insisté pour qu’on se revoit et il est parti.

Je suis rentrée chez moi avec le cadeau que je devrai lui déballer en espérant que le Père Noël fera son job jusqu’au bout.

À suivre…

Je n’ai rien à raconter ces temps ci.  Je n’ai rien à raconter parce qu’il n’arrive rien côté herpès.  Il n’arrive rien parce que je souffre d’une écoeurite aigue des rencontres.  Genre écoeurée au point d’en vomir.  Genre pus capable au point de pratiquement me résigner à finir mes jours sans amoureux juste pour ne pas avoir à subir le supplice des premiers instants.  Pour un moment du moins.   

Je n’ai plus envie d’apprendre à connaître quelqu’un, d’être soupesée, évaluée, mesurée, analysée pour voir si je fais l’affaire.  Et qu’on me demande de faire la même chose en retour.  « Pis?  As-tu envie qu’on se revoit? »  NOOOOONN!!!  Non j’ai pas envie qu’on se revoit.  J’ai envie de la paix.  La sainte paix.  Loin de l’herpès et des blessures du coeur. 

Alors je fais la grève du gui cette année.  Mais quand même, je ne peux vous laisser, chers lecteurs, sans ouvrir une grande parenthèse pour vous souhaiter un merveilleux temps des fêtes, rempli d’amour, de joie et de ……… santé!!!!!  Parce que oui!!  Je vous aiiiiiime!!!

En mon nom et celui de mes collègues Anges de l’Herpès, un très Joyeux Noel et une Bonne Année!

p.s.  J’ai comme une petite envie de vous entendre.  Nous laisseriez-vous des voeux siouplait?  Même ceux qui n’ont pas l’habitude de laisser des commentaires.  On aurait envie de sentir la grandeur de votre présence.  Parce que vous comptez vous savez.

Je me suis mise en boule. Chiffonnée et jetée aux ordures, j’ai versé un torrent de larmes……

La porte s’est close, le cadenas a été fermé et la clé, bien enfoncée dans une boule de steak haché empoisonnée, a été jetée aux lions.

Celui qui y a gouté s’est écroulé sur la rive, la marée est montée et elle l’a emporté. Le lion s’est noyé, il a été mangé par des requins affamés.

La clé est disparue, irrécupérable…

Celui que j’ai quitté m’a remplacée. Il en est ainsi… Ainsi va la vie. Ça aurait été moi ou lui. Peu importe.

Et bien que c’est ce que j’avais choisi la nouvelle m’a blessée…..

Puis j’ai réfléchi et ça m’a fait du bien. Tellement.

Il fallait que je cesse de souffler sur cette page, de la faire tourner et retourner.

Ce n’est pas moi dans ce tas d’ordure mais c’est cette page chiffonnée.

Elle n’est plus dans mon livre, il ne reste qu’à l’épine la trace de sa déchirure.

Maintenant, tout est blanc.

L’avenir… Nu, fragile.

Et je me suis libérée, un vent de fraîcheur a soufflé.

Je suis en manque oui! Mais pas en manque du passé…

Je suis en manque d’Avenir!

Dernièrement j’ai dû faire un saut au Canadian Tire. J’avais un item à retourner.

Service oblige, j’ai attendu un bon p’tit bout!

ÔÔÔÔ Canadian Tire et ses belles files d’attente….

Je n’ai pas sacré….. Ohhh que nooooonnnn!

Je me suis rincé l’œil…… Incognito, j’ai approché mon visage de quelques mâles me précédant et j’ai humé l’air.

Cet air qui embaume la testostérone.  Le d’sous d’bras de l’homme du Canadian Tire. Celui qui trippe sur les chars et les outils.  Celui qui a travaillé, sué et qui a les mains rudes. L’homme musclé, fort et fier qui vient de libérer son bolide d’un gigantesque banc de neige….

Hmmmmmmmmmm….

Les poumons remplis d’hormones mâles, j’ai fermé les yeux et j’ai rêvé… Là, plantée dans l’attente de l’allée des retours de marchandise.

Sa main forte a effleurée ma peau, j’ai léché son cou. Doucement, ma langue a glissée sur son torse découvert… La chaleur de nos corps embrasant nos sens et le désir d’assouvir nos passions charnelles montant aussi vite qu’une échelle dans un jeu de serpents.

J’allais dégrafer son jeans….

–       Madame? MadAAAAAAAME!

–       Heuuuu….. Oui?

–       C’ta vot’tour!

J’ai regardé tout autour de moi. Je devais certainement avoir un petit air étrange en essuyant le filet de bave qui se faufilait au coin de ma bouche tout en me demandant le quel des ces spécimens faisait parti de mon clan!

Ahhh, si l’herpès avait une odeur, je ne me serais pas perdue en contemplation ÔÔÔÔÔ Canadian Tire et serais probablement passée en mode attaque….

Mais non, je suis retournée à la maison penaude, seule, le coloc noyé au fond de ma culotte…

__________

Cher Père Noël,

Cette année, Père Noël, j’aimerais avoir un trio de gars du Canadian Tire, Extra coloc. Un pour moi et un pour chacune de mes copines de MPB.

Je veux que nous vivions d’amour, qu’harmonie règne en une douce chanson et que nous soyons encore les meilleures amies du monde accompagnée de nos nouveaux colocs qui eux, de temps à autre, libéreraient nos zones érogènes pour aller sortir le char du banc de neige et faire d’agréables activités! 🙂

Bobette xxx

En attendant qu’on ait quelques trucs passionnants à vous raconter, voilà un p’tit quelque chose à vous mettre sous la dent!

Et pendant que vous mâchez ce bonbon avec un arrière goût on-ne-peut-plus-désagréable, dites-vous bien qu’on nage s’imagine en pleine péripéties savoureuses!

C’est samedi soir, je suis seule à la maison.  Gelée!  Je n’ai pourtant pris aucune substance illégale, sinon un merlot accompagnant mes états d’âme.  Je pourrais être en train d’étrenner la table de salon, le comptoir et mes nouveaux draps santé mais je suis seule.  Gelée!

Je m’explique.  Depuis septembre, j’ai repris contact avec un homme qui déjà me plaisait il y a quelques années.  À l’époque, j’étais convaincue qu’il ne savait même pas que j’existais mais moi, j’en rêvais.  La vie a fait en sorte de nous éloigner pour un instant et maintenant, de nous rapprocher, par un pur hasard. 

Dès que je l’ai revu, mon désir pour lui est revenu.  Il me fait de l’effet, je n’y peux rien et au lieu de faire comme dans le passé et de rajouter une brique à mon barrage, je me suis permis une tentation au flirt.  J’ai attaqué de façon aussi agressive qu’un panda en hibernation mais le monsieur en question semblerait doté d’un sixième sens et à su voir en moi.  Donc, du flirt banal, nous sommes passée aux commentaires à double sens pour en venir finalement au in-your-face-j’ai-envie-de-toi.

Ces trois derniers mois ont été comme le monstre à la ronde.  Des hauts et des bas, des hauts le coeur, des papillons au ventre et beaucoup de bruit pour rien, dans les oreilles des copines du moins.  Je suis passé du Ça me fait du bien de flirter et c’est tout ce que je veux au Finalement, je pourrais le baiser pour ensuite en venir au Il fiterait tellement bien dans ma famille, je suis sûre que mes frères vont l’aimer pour revenir à Juste du flirt et Pourquoi pas une baise.  Si je me blesse, au moins j’aurais vécu… et je serai venue!

Il y a une semaine, Bob (car il faut bien lui donner un nom!) m’a suivie jusqu’à ma voiture et m’aurait bien suivie à la maison.  Sa proposition était claire: Sexe!  N’étant pas trop certaine que je pourrais survivre à un tel acte et aux possibles complications que mon coeur me jouerait, j’ai refusé.  Non sans lui dire et redire que j’en avais VRAIMENT envie mais que je n’étais pas prête à jouer mon bien-être en ce lieu commun et bla bla bli…  Bob a été super compréhensif et respectueux.  J’étais fière de moi, jusqu’à ce que je me retrouve seule dans ma voiture… à me trouver bien seule. 

911:  Les fiiiiiiiilles, j’ai fait une connerie, j’ai dit non à Booooob!  Il ne voudra plus de moi.  Exit le flirt qui me faisait tellement de bien…  Sti que je suis conne! 

Je n’aurais pas pu être si loin de la réalité.  À notre rencontre suivante, il a sorti l’artillerie lourde et m’a fait sentir son désir montant pour moi.  Je l’ai bien senti, sur ma cuisse.  Le in-your-face… est devenu je-vais-t’avoir-à-l’usure-car-j’aime-bien-un-peu-de-challenge et ça a donné des moments d’attouchements secrets et intenses dignes de mention.

Mais voilà, je l’ai revu encore aujourd’hui.  Ses mains baladeuses sont devenues exploratrices et ses lèvres charnues ont enfin fait contact avec les miennes.  Imaginez!  Se faire désirer avec passion dans un coin noir, à ne pas vouloir se faire prendre.  Wow!  Woooooooow!  Faut ben avoir une crisse d’herpès pour être capable de dire non à ça.  Je lui ai encore fait le coup du vieux-jeu pour m’en sortir.  Plutôt mal j’ai l’impression.

C’est samedi soir.  Je suis seule au bout du quai.  Gelée.  Je me rappelle mes expériences de pêche et une seule idée me vient en tête:  Un poisson a beau être ferré, il peut toujours se libérer… et aller frayer ailleurs.

Un premier refus attise le désir.  Un deuxième…?

Quand j’étais plus jeune, j’aimais, pour m’endormir, me faire des scénarios amoureux.  Je pouvais passer des semaines à me rejouer à chaque nuit des rencontres idylliques avec l’homme désiré du moment.  je détaillais chaque parole, chaque regard.  Des fois, je ne me rendais même pas au baiser tellement je perdais du temps à imaginer mes vêtements, l’endroit, la situation et bien sûr, l’Homme.

De mes nuits blanches, il me restait des scénarios dignes des plus grands Harlequins de ce monde.

Ces lubies habitent encore mes nuits, mes jours aussi, mes moments libres si la saveur du mois à un effet très intense sur mes hormones.  Si vous me voyez pensive, dites-vous bien que je suis ailleurs, avec quelqu’un d’autre, en train de faire des affaires cochonnes.  Sauf que maintenant, ce n’est plus sur ma tenue que je mets autant d’effort de créativité mais plutôt sur les façons d’annoncer à mon amant fantasmagorique que j’ai quelque chose d’important à lui dire avant de pouvoir lui faire l’amour comme une bête assoiffée.  J’ai l’imagination tellement forte que j’en ressens la nervosité et la douleur créées par ma peur.  Souvent, j’abandonne et même dans mes rêveries je ne baise plus.

C’est drôle, avant, je n’avais pas un tel souci de la réalité.  J’ai déjà eu des portes magiques dans ma chambre qui s’ouvraient sur des mondes imaginaires et maintenant, je ne peux même pas juste m’imaginer sans its.

Mon petit bobo…

Le blogue de trois filles bien sympathiques, Amétys, Bobette et Nitouchka, vivant chacune avec un petit coloc dans la culotte!

Première visite?

Tout d'abord bienvenue chez MPB! Afin de vous aider à nous connaître un peu et à en comprendre d’avantage sur notre situation, nous vous invitons à commencer la lecture de notre blogue par l'onglet «Billets choisis». Bonne visite!

Commentaires récents

Fireball sur Nous
Elizabeth sur Questions
Elo sur Questions
Bobette sur Questions
Elizabeth sur Questions
Corail sur Questions
Fireball sur Questions
Bobette sur Questions
Elizabeth sur Questions
Corail sur Questions

Suivez-nous sur Twitter!

Blog Stats

  • 315,034 hits