On est sage hein !?  Je ne sais pas pour mes collègues mais moi, je vais vous le dire pourquoi je me tiens bien peinarde ces derniers temps.   Je le sais elles vont peut-être m’en vouloir un peu parce que le but ici, c’est de dédramatiser l’herpès et non pas d’en faire un plat. 

Mais je vais vous dire un truc pour vous rassurer, vous qui vous morfondez de devoir vivre avec ce petit parasite et qui vous demandez comment je peux sembler si sereine avec mon petit ami :  Je ne vis pas en harmonie avec l’herpès.  Il me fait chier et je l’endure parce que vous savez quoi?   JE N’AI PAS LE CHOIX.  

Oui oui !  Vous avez bien lu.  Le coloc me fait royalement chier et si j’avais le choix, j’aimerais mieux vivre sans.   

Voilà c’est dit.  C’est affirmé.  Maintenant vous savez qu’à quelque part, derrière mon image de stilleto, je suis de nature plutôt humaine.  Et putain que ça fait du bien.  Tiens je vais même m’en permettre une autre :   MANGE DE LA MARDE MAUDIT HERPÈS !!!  Un peu puéril j’en conviens mais vous ne me l’enlèverez pas.  Je le garde tel quel en grosses lettres « capitales » ! 

Quoi ?  Je ne vous apprends rien ?  Vous aviez vu à travers mon jeu lorsque je vous laissais sous-entendre que l’herpès avait pratiquement été une bénédiction du ciel ?  Vous avez bien fait de ne pas y croire.  C’était faux.  L’herpès c’est une merde qui se loge d’abord dans la culotte pour après vous beurrer de brun jusqu’au fond de l’âme !   

Mais pour rassurer les copines, qui doivent à ce moment ci de leur lecture avoir envie de me crucifier pour avoir écrit un texte si noir – et parce que c’est vrai auss – les coups de gueule et les coups de cafard provoqués par notre petit ami, comme la majorité des autres coups d’ailleurs, on s’en remet.  Toujours.  Ça passe.  J’avais juste pas envie de le garder pour moi celui là.   

Si vous êtes bien gentils (mais vous l’êtes toujours !) et que j’arrive à trouver les mots justes, je vous raconterai la raison de mon coup de gueule.  Puéril aussi bien entendu.  Mais je parie que vous le savez déjà.  Parce qu’en final, le coloc n’a de pouvoir qu’à un seul et unique endroit :  dans la culotte !!  

Alors ma gang de chanceux, vous allez avoir le droit à une autre histoire de sexe !!  Encore !  

V’voyez !!  Ça va déjà mieux !  Ah si je ne vous avais pas !!