C’est en lisant 97 nous raconter ses aventures nocturnes que je me suis retrouvée chez Mélodie Nelson à lire ses histoires érotiques et ses conseils sur l’amour anal.  Ces deux femmes jouent aussi bien du doigté que de la langue et j’avoue que leurs textes ne me laissent pas sans manquer les plaisirs de la chair.

Comprenez que c’est bien seule que je me sens le soir dans mon lit et que quand l’opportunité d’une p’tite vite matinale se présente, il est dur de s’y abstraire.  Je l’ai bien vu venir de loin ce cher Adonis, je le voyais se rapprocher de moi et tâter le diable, mettre la pédale douce pour ensuite rejaillir d’ardeur… encore et encore.  J’étais un peu nerveuse,  mais je devais bien lui faire confiance, malgré ma totale ignorance à ne même pas en connaître son nom.  Enfin, le moment ultime est arrivé:  impact de nos deux corps, cambrure des reins, effets se répercutant jusqu’au bout des membres puis le calme plat suivant toujours une activité aussi intense.

Clignotants à droite

Rangement dans la ruelle

Sort de nos chars

Aucun dommage à signaler

Échange d’info

On repart chacun de notre bord

C’est dernier temps, me faire rentrer dans le cul par un conducteur distrait est ce qui se rapproche le plus d’un contact sexuel.  J’ai même pas eu d’orgasme mais je dois quand même subir les courbatures provoquées par de tels ébats.

Une chance que j’étais protégée!