Faut que j’vous dise, le nom de Bobette ne m’est pas venu juste comme ça!

Non, non… Ça fait des années que je suis affligée de ce surnom, un peu avant que je partage la bobette avec le coloc, ce qui devait être un signe prémonitoire! Pis j’avoue que j’ai pas mal honte de vous raconter le contexte de la chose mais après le témoignage de Nitoucka, je me suis dis bien pourquoi pas. Si elle peut être aussi honnête, je le peux aussi!

Mais on ne divulgue pas ce genre de truc sans préliminaires et à ma défense, il faut que je vous dise que j’avais pris une sacré brosse! Tellement grosse que ce jour là, je me suis juré que plus jamais je ne laisserais mon taux alcoolémie dépasser celui de mes globules rouges.

Alors j’y arrive. Tenez vous bien!

C’est si honteux que même mon clavier en rougit!

J’étais à Montréal dans un party évidemment trop bien arrosé. Tous mes partenaires de boisson étaient K.O. sauf un…

Dans l’appartement, on pouvait entendre les mouches voler et les corps morts ronfler. Le party était au neutre complet et il n’avait tellement plus rien à en tirer que j’eus l’idée d’aller prendre un verre en quelque part, question de continuer la beuverie!

L’idée sembla bien plaire à celui qui tenait encore debout et c’est tout en clopinant que nous nous sommes dirigés vers le débit d’alcool le plus près.

Mal m’en prit! C’est au tout premier verre que mon foie amoché décida qu’il en avait assez et qu’il retournait tout ce que j’avais pu imbiber au cours de la soirée. Avec le peu de lucidité qu’il me restait je me suis précipitée dans la toilette la plus proche, en prenant bien soin de retirer mes escarpins et ma mini jupe foudroyante, afin de ne pas entacher mon image…

Non mais……….Vous ne pouvez pas dire que je ne suis pas prévoyante!!!!

Toujours est-il que j’ai passé quelques longs moments à caller l’orignal la tête au fond de la cuvette, la jupette bien à l’abri des éclaboussures! Et ce n’est que lorsque Bill eut fini sa crise que j’ai pu me relever. Je me suis regardée dans le miroir, je bien pris soin de me débarbouiller, de retoucher mon rouge et de remettre mes escarpins……. Ouff, ce que j’étais beurrée!

Je sors… Un beau gentleman m’apostrophe aussitôt. Faut dire qu’à l’époque je pognais dare-dare!!!

En tout cas, le mec me dit : Heille!!! T’aurais pas oublié quelque chose?

Et moi de lui répondre dans un français amoché… Pffffttttt…..Baaaaa…..Nooooon, t’es tu malaaaade, stie?…

Non mais regarde toi! S’écria t-il en baissant son regard vers le plus intime de moi-même.

Ouch! J’avais oublié LA FROUDROYANTE… Sacrament!?!………….

……….. J’étais ressorti de la salle de bain en oubliant de me remettre la jupette, dévoilant à tous ma bobette de dentelle élimée…

Et le mal fût fait…

Le restant du party, qui n’avait pas manqué la scène, s’éclata d’un rire qui fit tourner toutes les têtes en ma direction…

Je vous jure que l’alcool qui restait en moi s’est évaporé à la chaleur grimpante de mon corps et que j’ai dégrisé net-fret-sec en me précipitant dans la pièce ou je retrouvai ma petite jupette près de la cuvette qui semblait, elle aussi, arborer un large sourire….

Et depuis ce jour –merci à mon pot de brosse — le nom de Bobette me colle au cul!

Vous savez tout, maintenant, de mes dessous intimes!