C’est pas parce qu’on a un coloc qu’on n’a plus de libido…  Ouais, ouais…   J’vous l’dis sauf qu’après avoir essuyé plusieurs échecs amoureux relevés du goût amer de la présence de mon ami,  j’ai cru, pendant un certain temps, que tout espoir de baise était devenu vain et que le seul moyen de calmer ma libido était l’auto suffisance.

Je venais de tuer d’épuisement mon amant de l’autonomie, Pharaon premier en forme de sarcophage, ainsi que son fidèle compagnon dauphin Flipper. Un couple très mal assorti, mais d’une efficacité exemplaire…

J’étais donc en deuil le jour où le coloc et moi nous sommes retrouvés dans l’un des sex-shops où on vend le plus de gadgets au pied carré.

– Ouiiiiii, bonjour, on peut vous aider?

– Heuuuuuu, ben, heuuu ouais, heu je me cherche un truc genre de heuuu gadget… vibrateur? Vous voyez……………..?  Si j’ai des préférences?  Bien humm je ne sais pas trop, mon ancien modèle était un type du genre  pharaon à dauphin… Heu environ long de même… Il tournait… Je l’aimais bien le dauphin làààà sur le dessus pour stimuler le… le… le…e…

La vendeuse qui nous dirige vers le rayon de la débandade me sort un premier modèle.  Une énormité – que dis-je – un monstre…….. Le King Kong des vibrateurs!  Oufff!………. N’ayant peine à imaginer la crise d’irritabilité du coloc en réaction à un pareil attirail, je demande à la vendeuse de me montrer quelque chose d’un peu plus raisonnable.  Elle me sort alors une panoplie de verges qui se mettent à se tortiller sur les présentoirs.   Certaines font rouler des billes, d’autres vrombissent alors que plusieurs font trémousser leur petit pingouin, tentant chacune, de leurs meilleurs atouts,  de justifier leur prix  allant de 125$ à 200$.

– Heu bien c’est juste que….. heuuuu… (petite gène humiliante). Vous n’auriez rien de plus abordable pour une fille monoparentale sans trop de budget?

Elle me fait alors un large sourire et m’amène vers l’arrière boutique où elle me sort un petit vibrateur à quarante cinq dollars, tout ce qu’il y a de plus mignon, avec billes, dauphin et courbe à point G. Elle le place devant moi en me disant de mettre mon doigt sur le dauphin et actionne le petit bijou en faisant alterner ses 7 modes de vibration et ses 3 vitesses de rotation… Wow, je sens illico mes sous vêtement s’humecter et mon compte en banque se réjouir!

Fière de ma trouvaille, j’avais vraiment hâte d’atteindre la maison mais ce jour là, il y avait un trafic monstre, si bien que j’ai cru que j’arriverais une fois l’école terminé et les enfants rentrés.   Z-U-T! Mais finalement  j’ai de la chance et je jouis d’une bonne heure avant leur retour…

J’ouvre le paquet, examine le bijou et me rends compte que Monsieur X consomme des triples A… RE Z-U-T!  Feu Pharaon lui, consommait des doubles et je n’ai aucune pile pour Monsieur X!!! Je fulmine et me torture d’envie d’essayer mon nouveau gadget.  Alors que je me crois prise au dépourvue, j’ai le flash d’avoir acheté des triples A pour un des jouets de mes petits… Ouais mais lequel, je ne m’en souvenais plus!

Tournevis en main, Monsieur X de l’autre, j’entrepris alors de retrouver les fameuses piles qui m’apporteraient le bonheur momentané dont j’avais tant envie et après avoir démonté multiples bidules, Eurêka! Elles se trouvaient dans la petite locomotive musicale rouge de mon petit dernier. Je pris les piles, équipai Monsieur X et alla à la rencontre de mon petit bonheur.

Je n’y repensais plus jusqu’à ce qu’une une petite voix attristée me dise :

– Maman… Ma locomotive rouge ne fonctionne plus! 😦

– Oh, mon pauvre chéri! Les piles doivent être morte, maman ira t’en acheter demain! 😀