Herpes-drapeau

C’est exactement comme ça qu’on se sent quand on apprend qu’on a l’herpès génital…

Puis l’hiver passe et les feuilles repoussent…
Avec le temps, on l’apprivoise et la belle saison revient…

L’herpès, ce n’est pas la fin du monde, on pourrait se faire un gros pays avec tous les porteurs de la planète et former un parti qu’on appellerait le mouvement herpdépendantiste… Bonne fête du Canada!