Bon, pas que je veuille me vanter mais la statistique, c’est moi!  C’est moi le 33.3333% des filles de MPB qui a plongé dans une relation amoureuse malgré la présence du coloc.  L’amour étant plus fort que la peur, et le désir plus fort que l’abstinence, j’ai accepté l’homme et tout son bagage. 

Étant très accueillante de nature, la chose s’est jettée sur moi comme la misère sur le pauvre monde dès que les condoms ont pris le bord.  Fallait s’y attendre!  Je dois vous avouer que ma libido en a pris tout un coup de genou dans les parties et ma confiance en moi, un coup sur la gueule.  Je connaissais les risques mais je ne pouvais pas prévoir l’effet que ce coloc aurait sur moi.

On me demande parfois si je regrette mon choix.  À chaque fois, je dois y réfléchir un instant mais comment regretter 5 ans d’amour, de respect, de voyages et d’expériences.  Ce fut une belle relation et j’en garde de très bons  souvenirs.

Malgré tout, cinq ans de célibat plus tard, il est facile de penser que sans l’herpès, ma vie amoureuse serait plus heureuse (ou au minimum existante) mais elle pourrait aussi être pire.  J’aurais pu vivre de folles rencontres et me retrouver au même point… ou non, qui sait!

Ce que je regrette le plus c’est ce que je me fais subir à moi-même.  Étant convaincue de ma dépréciation, je me suis embaricadée dans vingt livres de protection afin de ne pas séduire et de ne jamais avoir à affronter le jugement/rejet de l’Autre.

À défaut d’avoir baisé, j’aurai bien mangé… pas la même satisfaction, croyez-en ma parole!  Il y a bien eu quelques escapades (quand même) mais rien qui ne vaille une pinte de Haagen Dazs rocky road.

Mais il y a de l’espoir car je ne suis pas seule.  Avec les 80% qui ont le type 1 et les 25% qui ont le type 2, ça fait 105% des gens atteint de l’herpès. 😉 Alors, si je compte les hommes au Québec; 3 687 695 et que je divise par… 30% d’hommes dans la trentaine; 1 106 308.5 et que je divise encore par 50% de célibataires; 553 154.25 et que je multiplie le tout par 105% de ceux qui ont l’herpès, ça me donne un beau bassin de 580 811.96 québécois à courtiser.  WOW!!!

J’ai jamais ben ben aimé les maths mais pour une fois, les chiffres sont encourageants.  Vive les statistiques libres et Bonne St-Jean!! 🙂