Dans le sympathique jargon herpétique, la crise n’est pas celle des nerfs mais la définition d’une poussée. Alors que certains chanceux n’ont jamais de crise, bien qu’ils restent porteurs, d’autres en ont périodiquement…

Ces derniers ont tendance à vouloir trouver coûte que coûte les causes de leurs crises.
Le chocolat? Trop de soleil? Pas assez? C’est tu quand je baise trop? Quand je prends un verre? Pis la poutine?…

Oufff… Imaginez les heures de recherche, étalées sur des semaines, des mois et des années pour trouver ce qui peut-être pourrait en être la cause… Un vrai stress! Et qui connaît le coloc sait comment il est chatouilleux au stress!

J’ai arrêté de chercher il y a belle lurette et décidé de vivre malgré les sautes d’humeur de ce capricieux camarade… S’il est allergique au chocolat, tant pis pour lui, je ne me priverai de rien!

Alors, parce que c’est bon la vie, la folie serait de ne pas en faire…

😉