J’ai pris la bouchée, je l’ai avalée de travers, j’ai jamais été capable de la digérer puis quand j’ai fait mon gros rapport j’ai compris que je ne pouvais rien y changer, que ça ne passerait jamais et mes trippes ont fait trois-quatre tours!

À quoi bon?!? Je ne vaux plus rien – QUE DALLE! Je ne suis plus aiiiimable… Plus Jamais!!!

J’ai pleuré, j’ai crié puis probablement par désespoir, je me suis dit qu’il devait bien avoir un sens à tout ça… Qu’il fallait que ça serve à quelque chose et j’avais vite besoin qu’on me donne une raison de vivre!

– S.O.S. suicide je vous écoute…

Snif, snif… J’viens de pogner l’herpès, il faut que vous me donniez une raison de vivre… N’importe quoi mais trouvez moi quelque chose,  ÇA PRESSE parce que je ne réponds plus de moi…

– Bien je ne sais pas, heuuu… Je ne vois pas…

– Il n’y aurait pas une recherche scientifique sur le sujet auquel je pourrais participer dans le genre…… pour faire avancer la science?!?…

J’aurais pris n’importe quoi et je me disais que si je devenais cobaye, je rendrais service aux générations qui me suivraient et que finalement mon cul aurait servi à quelque chose parce que, pour le reste, je venais de signer mes vœux de chasteté…

– Ah oui, j’ai trouvé, il y a en ce moment une étude qui se fait à l’hôpital Notre-Dame et ils cherchent justement des gens atteints d’herpès!

Et c’est ainsi que, cherchant un sens à ma vie, je me suis fait gratter le popotin d’un doux coton-tige, durant plusieurs semaines, tout les matins avant d’aller travailler, au nom du don de soi, par Notre Dame elle-même… Amen!